[Dossier] RD Congo : Nafissa Binti Saïdi, la femme Congolaise de demain

Nafisa Binti Saidi 2

Militante et activiste, engagée et téméraire, constamment dévouée aux autres, Nafissa Binti Saïdi incarne à merveille le « Debout Congolais » qui pousse et exhorte les enfants du Congo à l’effort, à l’investissement, et à la solidarité au service de la nation. A l’heure du réveil de la société civile en RDC, Dunia Kongo Media se penche aujourd’hui sur cette femme insaisissable et de tous les combats. Portrait.

Plutôt que sur sa vie personnelle, Nafissa Binti Saïdi a toujours préféré axer le débat autour de ses différents combats, tous menés avec la même énergie, et guidés par la même volonté, presque obsessionnelle : Faire gagner à la femme Congolaise le rang qui lui revient dans la société et dans la vie publique en RDC. Le rang de la femme, mais également sa dignité, comme le démontre son premier fait d’armes, et le plus retentissant depuis ces dernières années.

A la fin de l’été 2009, alors qu’une vingtaine de patients sont retenus à l’hôpital de Ndjili (Kinshasa), dont certains depuis plusieurs mois, faute de moyens, Nafissa Binti Saïdi, en sa qualité de présidente du comité national des femmes musulmanes (CONAFEM), décide de voler au secours de toutes les patientes, sans aucune distinction ethnique ni religieuse. A coup de liasses de dollars américains, et après avoir fait le tour des lits des personnes hospitalisées, le tout sous l’oeil interloqué des médias présents, elle règle les factures des patients démunis, mettant ainsi fin à des semaines, voire des mois d’attente pour un total de 25 personnes environ.

« Dans la religion qui est la nôtre, c’est à dire l’Islam, il est tout d’abord question d’amour, expliquera-t-elle sur les lieux. Cet amour, il a fallu que je le manifeste en venant dans cet hôpital, qui est un hôpital oublié. J’ai trouvé ici plus de 25 personnes retenues en raison de leur manque de moyens. Certains ont passé 3 mois, 6 mois, d’autres jusqu’à un an, parce qu’ils ne pouvaient pas payer, et certains ont même attrapé des maladies nosocomiales.C’est dans ce souci qu’en tant que mère, je suis venu libérer ces patients, afin d’éviter qu’ils ne soient infectés davantage en restant ici. »

Si cette opération commando d’amour et de charité suscitera l’admiration et le respect, Nafissa Binti Saïdi continuera de mener bataille sur d’autres fronts, notamment sur le terrain politique, toujours en faveur de la femme Congolaise. Ainsi, lors de la campagne électorale pour les présidentielles de 2011, la leader des Musulmanes de RDC, sous sa casquette, cette fois-ci, de présidente du regroupement des femmes pour le changement et l’intégration parfaite (REFECIP), lance un appel aux femmes afin qu’elles s’impliquent massivement dans le processus électoral. Nafissa Binti Saïdi demande alors aux femmes de ne plus être des spectatrices impuissantes des événements en RDC, mais de s’investir pleinement dans la vie citoyenne, afin de voir davantage de Congolaises électrices, candidates, et élues.

Outre sa lutte contre les inégalités hommes / femmes au Congo, la Musulmane la plus célèbre du pays mène également un combat des plus farouches en faveur de l’alphabétisation des femmes et de leur émancipation de certaines coutumes et traditions jugées rétrogrades. Nafissa Binti Saïdi souhaite voir la Congolaise se prendre en main, s’instruire, prendre conscience de la valeur qu’elle incarne et jouer un rôle au sein de la société. Loin de se mettre les autorités à dos, elle bénéficie au contraire du soutien du gouvernement de l’époque. Le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel d’alors, Maker Mwangu Famba, tiendra même un séminaire à ses côtés à la mosquée Rassoul, dans la commune de Ngaliema.

Honorée lors du Conseil National Islamique de 2012 à Kinshasa, Nafissa Binti Saïdi sait rallier les Congolais de tous bords à ses combats ainsi qu’aux différentes causes qu’elle défend corps et âme. Au-delà même de son rôle et de son activisme en République Démocratique du Congo, elle apparaît aujourd’hui comme une réponse lumineuse aux légendes occidentales qui ont trop longtemps décrit la femme Musulmane comme esclave de son sort et incapable de prendre son destin en mains. Femme Africaine engagée et maître de ses idées, Nafissa Binti Saïdi incarne, envers et contre tous, la Congolaise de demain.

One thought on “[Dossier] RD Congo : Nafissa Binti Saïdi, la femme Congolaise de demain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Social profiles