RD Congo / Environnement : Kinshasa négocie pour exploiter le pétrole du Parc Virunga

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Classé au patrimoine mondial de l’humanité, le parc national des Virunga est situé sur un périmètre regorgeant de pétrole. Kinshasa négocie avec l’UNESCO pour pouvoir exploiter dans les meilleures conditions cet or noir.

Les discussions sont serrées entre les autorités et l’UNESCO. En 2010, l’Etat a attribué à certaines sociétés pétrolières, dont Total, des permis d’exploration sur une zone couvrant une partie du parc national des Virunga, avant de subir des pressions de la part d’organisations environnementales qui ont entraîné la suspension de ces permis. Total, mais aussi la société britannique Soco, se sont engagées à n’entreprendre aucun forage ni exploration à l’intérieur du parc, sauf accord de l’UNESCO et de l’Etat Congolais. Aujourd’hui, la question est donc de savoir si de telles activités sont compatibles avec le statut même du parc national des Virunga, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Les autorités ont des contacts avec l’Unesco afin de voir comment trouver les voies […] et les différentes possibilités qui nous permettront d’exploiter le pétrole », déclarait vendredi dernier le Premier Ministre Matata Ponyo.

De son côté l’UNESCO semble camper sur ses positions, assurant que l’exploration et l’exploitation pétrolières étaient incompatibles avec le règlement du Comité du patrimoine mondial.

« A ce jour, il n’y a eu aucune demande formelle de la part des autorités congolaises de déclassifier une partie du parc » , a indiqué à l’AFP Abdourahamane Diallo,  représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en RDC. Il a également expliqué que l’UNESCO était aujourd’hui dans une démarche de dialogue et de sensibilisation de l’Etat Congolais.