RD Congo / Environnement : WWF interpelle la RDC au sujet du parc Virunga

gorillas_0805

Le projet d’une exploitation pétrolière d’une partie du parc national des Virunga par le gouvernement Congolais inquiète l’UNESCO et les organisations environnementales. Hier, c’est la WWF qui a appelé la RDC à renoncer à son projet.

Le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), qui s’est dit « très préoccupé », a ainsi invité, via un communiqué, la RDC à « renoncer à tout projet » de modification des limites d’un parc Virunga classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, en vue d’en exploiter le pétrole. Pour la WWF, une telle démarche « entraînerait irrémédiablement des conséquences désastreuses pour les écosystèmes et les opportunités économiques ».

Menacé par une éventuelle modification des limites actuelles du parc Virunga,  « le lac Édouard, qui fait partie intégrante du parc national des Virunga, assure la subsistance de plus de 50.000 personnes qui vivent sur ses rives, et la pêche génère à elle seule près de 30 millions de dollars par an », rappelle notamment la WWF.

Dans ce communiqué, Thomas D’Aquin Muiti, président de la société civile du Nord-Kivu, ajoute que ne pas exploiter ce pétrole favoriserait « une économie verte basée sur une gestion durable des ressources naturelles et la valorisation des opportunités économiques considérables offertes par le parc ».

Pour l’heure, le gouvernement Congolais semble à l’écoute des nombreuses organisations environnementales hostiles à ce projet. Mais le premier ministre, Augustin Matata Ponyo, espère encore trouver un accord avec l’UNESCO pour pouvoir exploiter le pétrole qui se trouverait dans le parc. En 2010, face à la pression internationale, la RDC avait du suspendre des permis d’exploitation qu’elle avait attribué à Total et à Soco.