Culture : L’incroyable phénomène Pitchou de Castelbajac

Pitchou de Castelbajac

La démarche est chaloupée, toute en souplesse, et destinée à mettre en évidence toute la panoplie élégante et raffinée d’un sapologue unique en son genre. Pitchou de Castelbajac est la nouvelle coqueluche des Congolais de France, et son succès ne fait que s’amplifier à mesure qu’il se pavane avec classe sur les différents réseaux sociaux.

« Ouais c’est bon ! », « C’est important ! »,  « Comprenez mes émotions », « Monument vivant », … les formules et cris de guerre sont simples mais leur impact est des plus efficaces. Des slogans qui reflètent l’assurance démesurée et l’extrême confiance que porte Pitchou de Castelbajac à sa propre personne, et qui font mouche auprès de ses fans, toujours plus nombreux à être conquis.

A travers des vidéos régulièrement postées sur Facebook, et visionnées plus d’une dizaine de milliers de fois, celui qui se revendique de la mouvance des « Léopards de la sape », définit sa philosophie de la vie, qui tourne, selon lui, autour du culte et du respect de la sape : « si tu respectes la sape, la sape te respecte », explique ainsi ce personnage narcissique, dans un français approximatif teinté d’un fort accent Kinois, ou dans un excellent lingala de rue.

Dans de longs monologues qui n’ont parfois ni queue ni tête, ce personnage hilarant ne manque jamais l’occasion d’appuyer ses dires en citant, comme des totems, ses griffes préférées : Gucci, Yamamoto, Versace, Kenzo, et bien évidemment, Castelbajac. Toujours bien sapé, donc, Pitchou prend cependant le plus grand soin à rester mystérieux sur la provenance des fonds lui permettant de se vêtir si élégamment, tout comme il reste évasif sur la question de la régularité ou non de sa situation sur le territoire Français.

L’adhésion de ses fans se manifeste par des contributions vidéos où, dans des situations de la vie courante, ces derniers se mettent « tout à coup » en posture de « moniment vivant », mimant ainsi l’une des répliques-phare du sapeur, qui demande à être admiré et apprécié comme un véritable monument vivant de notre époque.

Derrière ce sapologue exotique, puisque « mundibu » (d’origine arabe), se cache le talentueux comédien Rédouane Behache, fortement imprégné de la culture « Zaïroise » depuis son enfance. Ayant passé toute sa jeunesse dans la ville d’Evry, en banlieue parisienne, le jeune homme d’origine Algérienne a grandit parmi la forte communauté Congolaise peuplant la ville Essonnienne, tombant rapidement sous le charme de la culture « locale ».

Si le lingala, qu’il parle à travers son personnage de Pitchou est si bluffant, c’est qu’en plus de l’avoir appris avec ses amis d’enfance, Rédouane Behache est vite devenu un habitué des séjours à Kinshasa, où les spécialités culinaires, les traits culturels, mais aussi les traditions de la RDC n’ont aujourd’hui plus aucun secret pour lui.

Au-delà même de la seule communauté Congolaise, le comédien rallie à sa cause des admirateurs de tous les horizons, qui se retrouvent dans un Pitchou de Castelbajac comme on pourrait en croiser soit dans le métro, les boutiques africaines, ou les quartiers Congolais de Bruxelles et de Paris.

Les facéties du sapologue sont donc une belle occasion de rapprocher les peuples et de les rassembler autour du rire, une prouesse magnifiquement réussie par le très prometteur Rédouane Behache.

Commentaires

  1. Sympathique papier pour un sympathique personnage. C’est bien. Sauf que’à propos du passage sur la régularité ou non de sa situation, il y a une petite contradiction dans votre article. Vous écrivez qu’il est évasif et ensuite vous souligner qu’il voyage beaucoup en plus d’avoir grandi en France. En dehors du fait qu’il soit quasi impossible de voir quelqu’un qui a grandi en France être sans papier, s’il voyage c’est forcément qu’il a des papiers en règle. Avec la technologie il est impossible aujourd’hui de voyager avec des papiers d’autrui comme c’était le cas couramment il y a encore dix ans. A moins que, vu son âge apparent, le fait d’écrire qu’il a passé sa jeunesse en banlieue parisienne, signifie pour vous qu’il est déjà vieux. Moi j’ai pris jeunesse dans ce contexte pour enfance. bref. je le redis sympathique papier dans l’ensemble.

    1. Bonjour Vianney, merci pour votre commentaire !

      Attention à ne pas confondre la partie qui parle du comédien et celle qui parle de son personnage 😉

  2. Pitchou de castelbajac je suis l’un de t est plu grand fan au gabon continue tu est le meilleurs en france
    « Ouais c’est bon ! » « Monument vivant » <3