Actu : Katumbi aux Musulmans de RDC, « Nous prions le même Dieu, soyons unis ! »

Katumbi Prie

Moïse Katumbi avait rendez-vous avec ses followers en début de soirée sur Twitter. Pendant deux heures, l’ex gouverneur du Katanga, qui a claqué la porte du PPRD cette semaine, s’est prêté à l’exercice des questions/ réponses, adressant notamment un message d’unité à la communauté musulmane de la RDC.

Balayant l’actualité et répondant aussi bien aux interrogations sur un éventuel avenir présidentiel que sur les questions liées à son club du TP Mazembe, l’homme fort du Katanga a également pris le temps de répondre à une question de Dunia Kongo Media.

En effet, sur le réseau social, nous avons interpellé Katumbi au sujet du sentiment d’injustice ressenti par les musulmans du Congo, qui continuent de voir leurs deux fêtes (Aïd Al-Fitr, Aïd Al-Adhâ) ne pas être prises en compte comme des jours fériés dans le calendrier national.

Se voulant rassembleur, l’ex-gouverneur a rappelé que Chrétiens et Musulmans adoraient « le même Dieu », et que l’unité nationale devait primer : « Nous prions le même Dieu, le plus important est l’Amour du prochain et de notre pays. Soyons unis », a-t-il ainsi déclaré.

Un message de paix et une invitation à la communion nationale, au-delà des différences spirituelles, donc, qui peut trancher avec une certaine méfiance, voire un amalgame dont se sent parfois victime la communauté musulmane Congolaise.

Moïse Katumbi fera de nouveau référence à sa spiritualité lorsqu’il sera invité à réagir à la déclaration du porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qui avait déclaré que « le créateur ne saurait avoir peur de sa créature », faisant référence au rôle joué par le président Kabila dans l’accession de Katumbi au pouvoir au Katanga. « Mon seul Créateur est le Bon Dieu, le Tout-Puissant », a rétorqué l’ex-gouverneur sur Twitter.

Interrogé sur son rapport à Dieu, le président du TP Mazembe a confié qu’il priait chaque jour, notamment pour « que la paix revienne vite à Beni et dans l’Est en général ».