[Diaspora] – Religion / France : Déçus par les pasteurs, de nombreux jeunes Congolais se tournent vers l’islam

La grande mosquée d'Evry (91) / France
La grande mosquée d’Evry (91) / France

Élevés au sein de familles chrétiennes, de nombreux enfants de congolais issus de l’immigration choisissent de tourner le dos à la religion de leurs parents. En France, ces jeunes expriment souvent un rejet des méthodes des pasteurs évangélistes qui peuplent la banlieue parisienne.

« J’ai choisi l’islam par conviction, explique Thierry, qui vit près de Melun en Seine et Marne, mais je me suis aussi rendu compte que certains pasteurs étaient de vrais charlatans. Et puis leurs contradictions autour de Jésus ont fini par me fatiguer », explique le jeune homme, en perpétuelle quête de spiritualité.

Comme lui, nombreux sont les jeunes congolais, pourtant attachés à leur culture, qui décident de se tourner vers la religion musulmane. Ils parlent le lingala, comme Thierry, qui a tenu à répondre à nos questions uniquement en cette langue, et ont été élevés selon les us et coutumes congolais. Pourtant, le discours des pasteurs qu’ils ont longtemps fréquenté est vite devenu de plus en plus dur à avaler. Face au manque de réponses à certaines questions dogmatiques, le choix devient vite radical. « Toutes ces cérémonies, ce cinéma, ces gens qui entrent en transe, ces grands discours et le manque de clarté autour de la personne de Jésus, tout ça m’a agacé, explique Thierry. Et beaucoup de choses qui se passent dans les églises, notamment avec le rôle trop important des pasteurs, tout cela est vraiment gênant et ça a tué mes convictions ».

Mais pourquoi alors se tourner vers l’islam, religion régulièrement prise pour cible par les églises évangélistes, qui redoutent de plus en plus son essor ? « Cette religion m’a apporté des réponses claires sur Jésus, qui est un Messager envoyé par Dieu pour les juifs, et qui n’a jamais été tué sur la croix, assure Thierry. Je respecte les croyances de tout le monde, mais les pasteurs m’ont menti, sur la croyance mais aussi sur le fonctionnement des églises ».

Plus marquant encore pour les familles, les conversions à l’islam de jeunes femmes d’origine congolaise. Pour elles, le changement de religion se fait souvent dans des conditions bien plus difficiles que les hommes, avec une opposition familiale encore plus accrue; c’est pourquoi nous consacrerons prochainement un sujet complet sur la situation des filles congolaises converties à l’islam.

En France, mais également en Belgique, on remarque ainsi la présence de plus en plus importante de congolais dans les mosquées, bien qu’aucun décompte ne soit possible sur le seul critère de l’origine des parents des fidèles.