Islam – Hadith : « Toute personne tuée en défendant ses biens ou sa famille est un martyr ».

FARDC Mamadou Ndala
Le colonel Mamadou Ndala

Tué lâchement il y a deux ans, le colonel Mamadou Ndala est considéré comme un martyr de la République Démocratique du Congo. Intéressons-nous à la définition purement islamique d’un terme bien trop souvent galvaudé.

Sans vouloir statuer sur sa situation dans l’au-delà, nous vous proposons de voir en quoi le martyre, au sens islamique du terme, pourrait ou non concerner le regretté colonel Mamadou, décédé il y a deux ans jour pour jour.

Originaire de l’ex-Province Orientale, Mamadou Ndala Mustafa grandit au sein d’une famille musulmane, fréquente les mosquées et se fait remarquer par sa présence, jusque dans les dernières années de sa vie, dans les célébrations publiques de la prière de l’Aïd. Si le colonel ne mettra jamais sa foi en avant, ni ne l’utilisera pour justifier son engagement patriotique, les leaders musulmans du pays se montreront particulièrement touchés, chamboulés, à l’annonce brutale de son décès, comme au moment de lui rendre hommage.

« Un homme qui s’est distingué par son courage et s’est fait adopter par la population congolaise. Il était devenu le chouchou de la population congolaise » déclarera Cheikh Abdallah Mangala, représentant légal de la COMICO à l’époque.

D’un point de vue islamique, certains imams ont été jusqu’à attribuer le titre de martyr au Colonel Mamadou. Tout en rappelant ici que ce titre posthume ne peut être validé ni attribué que par Allâh, et qu’il appartient au domaine de l’inconnaissable, tentons une explication, textes sacrés à l’appui.

Mort dans des conditions atroces, brûlé vif dans sa jeep calcinée après avoir été atteint par une roquette, le tout en assurant la défense du Congo et la protection des populations, tout en repoussant les pilleurs de minerais, Mamadou Ndala fait en théorie partie d’au moins une des catégories de personnes auxquelles les Textes Sacrés confèrent ce fameux statut de martyr. Loin de nous la volonté de nous lancer dans un effort d’interprétation que nous ne maîtriserions pas sur la situation de ce héros national, nous vous proposons cette série de récits prophétiques, en espérant sincèrement que le colonel Mamadou soit parvenu à accéder au statut suprême de martyr dans l’au-delà.

Le Prophète Muhammed (paix et bénédictions d’Allâh sur lui) a en effet déclaré : « Celui qui est tué sur le sentier d’Allah est un martyr, celle qui meurt en accouchant est martyr, celui qui meurt brûlé est martyr, celui qui meurt noyé est martyr, celui qui meurt de la tuberculose est martyr, celui qui meurt d’une maladie du ventre est martyr ». (Rapporté par Mâlik, Abû Dâwûd, Al-Nasâ’î, Ibn Mâjâ, Ibn Hibbân, Al-Hâkim et Ahmed)

Le Prophète a également dit : « Celui qui meurt en défendant ses biens meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa famille meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa religion meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa personne meurt martyr ». (Rapporté par Abû Dâwud (2/275), Al-Nasâ’î, At-Tirmidhi et Ahmad selon Sa’îd b. Zayd et sa chaîne de narrateurs est authentique)

Enfin, le Prophète Muhammed (paix et bénédictions d’Allâh sur lui) a dit : « Une personne qui est tuée en défendant ses biens, alors qu’on tenta de s’en emparer injustement, meurt martyr ». (Majmû’ Al-Zawâ’id (2/317) et (5/301)