RD Congo – Médias : Les musulmans, grands absents du paysage médiatique confessionnel congolais.

Radio

En République Démocratique du Congo, la communauté musulmane est la grande absente d’un paysage confessionnel particulièrement riche. Explications.

.

 

La domination des médias chrétiens.

Ils représentent plus de 80% de l’ensemble de la population. Les congolais d’obédience chrétienne ont tout mis en oeuvre pour se doter d’un arsenal médiatique à la hauteur de leur ferveur religieuse. Au sein de la centaine de stations de radios pour autant de chaînes de télévision généralistes, culturelles ou sportives en RDC, l’espace médiatique est solidement occupé par toutes les composantes de la famille chrétienne élargie : des catholiques aux adventistes, des églises de réveil aux kimbanguistes, en passant par les protestants et les évangélistes en tous genres. Cultes en direct, musique chrétienne en boucle, « miracles » de pasteurs en continue, les radios et les télévisions de la République Démocratique du Congo sont aujourd’hui à l’image d’une grande partie de leur population, en demande d’une spiritualité instantanée, médiatisée, à portée de télécommande ou de transistor. Pour répondre à la demande de divertissements, l’apparition de « théâtres 100% chrétiens » s’est également généralisée. Ces feuilletons ou mini-séries mettent en scène les problèmes, situations et questions internes à la communauté chrétienne, que les personnages sont souvent amenés à solutionner par le biais d’un pasteur qui les orientera vers une vie meilleure par la « délivrance de leurs âmes ». A la tête de ces médias chrétiens, les propriétaires sont aussi bien de riches hommes d’affaires que de puissants pasteurs, mais surtout des églises, dont la catholique, qui possèdent leurs propres radios et chaînes de télévision. Sur la seule ville de Kinshasa, la communauté chrétienne, toutes tendances confondues, y compris les kimbanguistes, compte 17 radios et 15 chaînes de télévision. Dans l’ex-province du Katanga, la domination confessionnelle se manifeste par la présence de 27 stations de radios chrétiennes.

Principales radios chrétiennes émettant à Kinshasa

  • Radio Message de Vie
  • Radio Télé Armée de l’Éternel (RTAE)
  • Radio Sentinelle
  • Radio Télé Puissance
  • Canal Chemin, Vérité et Vie (CVV)
  • Radio ECC
  • Radio Sango Malamu
  • Radio Télé Assemblée Chrétienne
  • Radio Catholique Elikya
  • Radio Télé Kimbanguiste (RATELKI)
  • Radio Shaloom Racha
  • Radio Eglise Nouvelle Jérusalem
  • Radio Eglise Orthodoxe
  • Radio Télé Dieu Vivant

Principales chaînes de télévision chrétiennes émettant à Kinshasa

  • Radio Télé Armée de l’Eternel (RTAE)
  • Radio Télé Sentinelle
  • Radio Télé Sango Malamu
  • Radio Télé Message de Vie
  • Radio Télé Kimbanguiste (RATELKI)
  • Radio Télé Kintuadi
  • Radio Télé Puissance
  • Amen TV
  • Radio Télé Dieu Vivant (RTDV)
  • Radio Télé Voix de l’Aigle
  • Canal Vie, Vérité (CVV TV)
  • Radio Télé Catholique Elikya
  • Hope TV
  • Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK TV)

Si certains de ces médias chrétiens ont parfois été censurés, suspendus ou interdits par le pouvoir, d’autres continuent d’apparaître presque quotidiennement, soit pour remplacer ceux qui n’émettent plus, soit pour venir s’ajouter à cette forêt de radios et télévisions confessionnelles pour la seule ville de Kinshasa.

.

Les kimbanguistes, moins nombreux mais plus présents médiatiquement que les musulmans.

Considérée comme une secte émanant de la religion chrétienne, l’église kimbanguiste, qui représente entre 2 et 5% de la population congolaise, a réussi à se faire une place dans le paysage médiatique national. Plus récente et moins nombreuse que la communauté musulmane, cette église, boostée par son mini-Etat de Nkamba, sorte de Vatican kimbanguiste, possède 2 radios à Kinshasa ainsi qu’une chaîne de télévision. Mieux, les kimbanguistes émettent aujourd’hui via au moins un média (télé ou radio) dans toutes les provinces de la République Démocratique du Congo. Mais c’est à travers la RATELKI (radio télévision kimbanguiste) que le groupe religieux s’assure la présence médiatique la plus concrète. En plus de la radio et de la télévision, le média est présent sur Internet, à travers un site structuré et régulièrement mis à jour, mais aussi avec des pages et des profils actifs sur les réseaux sociaux.

.

La communauté musulmane à la traîne.

Face à la domination chrétienne, la communauté musulmane, pourtant considérée comme la deuxième communauté religieuse de la République Démocratique du Congo en terme de nombre d’adeptes (10 à 15% de la population), peine grandement à exister. Alors qu’elle est dotée de prédicateurs particulièrement actifs sur le terrain, peut-être les plus investis du pays, la communauté a du mal à médiatiser et à communiquer sur les actions de ses leaders et de ses forces vives. Pas aidés par certaines campagnes de diabolisation menées contre eux, les musulmans tentent tant bien que mal de constituer un embryon de présence sur la scène médiatique congolaise. A Kinshasa, en plus de Radio COMICO 95.3 Mhz, rattaché à l’organe officiel de la communauté islamique du Congo, la radio Al Bayane émet depuis deux ans, de manière irrégulière, dans la capitale de la RDC. Sur le plan national, la web-TV Lumière TV est disponible à travers son site Internet,… mais elle n’émet pas à ce jour. Déçus par cette absence de médias accessibles pour leur communauté, les musulmans accusent tour à tour les hommes d’affaires musulmans, qui refusent d’investir dans de tels projets, leurs leaders religieux, ou même les associations islamiques, pour leur prétendu manque d’organisation.

Avec la prolifération et la multiplication des moyens de communication, la minorité musulmane de la RDC souhaite désormais avoir accès à des médias dédiés à sa confession, par la radio, la télévision, Internet, ou même par le biais de journaux et de magazines. Face à la puissance médiatique chrétienne, les musulmans craignent de ne pouvoir bénéficier de leur propre espace d’expression, qui leur permettrait de délivrer un message clair sur la réalité de l’islam et d’anéantir les fantasmes sur une religion et une communauté dont on continue de se méfier au Congo. Pour mener à bien de telles initiatives, il semble manquer d’un peu de tout aujourd’hui aux musulmans congolais; du soutien, de la volonté, de l’organisation, de la cohésion, et des financements.