RD Congo – Shaykh Masudi Kadogo (Nord-Kivu): « Aucun amalgame entre les musulmans et les ADF ».

Shaykh Masudi Kadogo

Profondément meurtrie par la guerre et par l’activité incessante des groupes armés, la communauté musulmane du Nord-Kivu se veut en première ligne dans le combat pour la paix en République Démocratique du Congo.

A forte majorité chrétienne, la province du Nord-Kivu a été islamisée essentiellement par deux pôles. En provenance du Maniema, considéré comme le berceau de l’islam en République Démocratique du Congo, les premiers musulmans se sont installés dans la province en passant par le territoire de Walikale. Le deuxième pôle d’installation musulmane s’est fait par le territoire de Beni, qui a accueilli il y a plusieurs décennies de nombreux immigrés en provenance de l’Ouganda voisin, venus grossir une communauté composant aujourd’hui plus de 15% de la population du Nord-Kivu. Minoritaires dans cette province au cœur de l’actualité de la RDC, les musulmans vivent en « parfaite harmonie » avec leurs compatriotes chrétiens, comme nous l’a confirmé par téléphone le Shaykh Masudi Kadogo, chef de l’entité islamique du Nord-Kivu.

« Il est très important de souligner que nous, musulmans, vivons en parfaite harmonie avec nos frères chrétiens, qui représentent la majorité de la province », a-t-il ainsi confié. Preuve de cette bonne entente, le représentant de la COMICO au Nord-Kivu aura également été le porte-parole de la délégation multiconfessionnelle qui a été consultée par le gouverneur  Julien Paluku en juin dernier, dans le cadre du dialogue sur le processus électoral.

Nord-Kivu Kivu

Victime des exactions du groupe ADF-Nalu sur le territoire de Beni, le Nord-Kivu aurait parfaitement pu être le théâtre d’une lutte inter-religieuse. Les rebelles ougandais, s’affiliant à l’islam, auraient pu indirectement motiver un désir de vengeance de la population chrétienne de Beni contre les musulmans locaux. « Avec les massacres commis par les ADF-Nalu, qui comportent en leur sein de nombreux musulmans, on a pu craindre à un moment qu’une partie de la population s’en prenne aux congolais d’obédience musulmane dans le Nord-Kivu, explique le Shaykh Masudi Kadogo. Mais fort heureusement, par le travail de sensibilisation des autorités politiques et religieuses, cela n’a pas été le cas, chacun ayant su faire la part des choses ».

Totalement mobilisé dans la lutte contre ces terroristes, le chef de l’entité islamique du Nord-Kivu participe à un travail se sensibilisation et de prévention contre toute forme d’amalgame, mais aussi contre l’embrigadement de jeunes musulmans sur toute l’étendue de la province :

« Mon travail ici, en tant que leader de la communauté musulmane, consiste aussi bien à dialoguer avec les autres représentants religieux, mais aussi avec la population pour qu’aucun amalgame ne soit fait entre les musulmans et les agissements des terroristes de l’ADF-Nalu, explique l’imam. Mais aux côtés des autorités, nous travaillons également auprès des jeunes musulmans, notamment les plus vulnérables, afin qu’ils ne soient pas tentés de rejoindre ce groupe armé qui entache l’image de l’islam et des musulmans ».

Le volcan Nyiragongo depuis le toit de la mosquée de Goma (Nord-Kivu)
Le volcan Nyiragongo depuis le toit de la mosquée de Goma (Nord-Kivu)

Un travail de pacification à l’intérieur, mais également à l’extérieur des frontières de la République Démocratique du Congo. En effet, alors que le tout proche voisin rwandais est accusé depuis des décennies par les congolais de sponsoriser et de téléguider les groupes armés (comme le M23 en son temps, puis les FDLR, etc…) qui sèment la terreur dans la région, Shaykh Masudi Kadogo s’attelle à entretenir de bonnes relations avec le Rwanda, mais également l’Ouganda, d’où sont originaires les ADF :

« Il y a une fraternité entre nous et le Rwanda, nous voulons construire la paix ensemble. Nous entretenons de très bons rapports avec les leaders musulmans rwandais, et notre entente est parfaite depuis des années. Au-delà du contexte qui entoure la région des Grands Lacs, nous nous efforçons de travailler main dans la main, car au final, nous souhaitons aller vers une seule et même direction : celle de la paix ».

Actif sur tous les fronts, celui qui est à la tête de l’entité islamique du Nord-Kivu depuis février 2009 aura traversé, auprès des musulmans de la province, les terribles épreuves qui ont meurtri l’Est de la République Démocratique du Congo tout au long de cette période. Particulièrement apprécié des fidèles, mais également des autorités pour son action en faveur de la paix, Shaykh Masudi Kadogo prie pour une année 2016 de concorde et d’unité, un vœu pieux mis à mal par l’actualité politique qui continue d’inquiéter les congolais.