[DOSSIER] RD Congo – Culture : Le léopard, plus qu’un symbole national.

LeopardCongo

Présentes sur tous les documents officiels de la République Démocratique du Congo, les armoiries nationales, frappées du léopard, rappellent l’importance d’un animal qui a toujours symbolisé une certaine idée de la nation congolaise. Explications.

.

Historique : les « hommes-léopards ».

Entre Histoire, traditions et mythologie, la symbolique du léopard prend ses racines dans des croyances et pratiques occultes, découvertes par les colons belges dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Vêtus de peaux de léopards et masqués, organisés en une confrérie mystique, les « Aniotas », ou « hommes-léopards », se font connaître par leurs crimes sacrificiels et par le cannibalisme qu’ils pratiquent sur leurs victimes, après des tueries réalisées selon le mode opératoire des léopards. Entre sorcellerie et animisme, ils règlent leurs conflits coutumiers par la vengeance ou s’en prennent aux autochtones jugés trop proches des colons, en abandonnant des corps profondément tailladés, les gorges sauvagement tranchées, laissant croire à une attaque perpétrée par des fauves. Ces « Aniotas » poussaient leur imitation de l’animal en utilisant des semelles semblables aux empreintes d’un félin alors considéré comme responsable des massacres commis dans la brousse ou aux abords des villages. Ce n’est que dans les années 1930, quand les tueries atteignirent un pic effroyable, que les belges mirent à jour les agissements des « hommes-léopards » en ayant la certitude qu’ils avaient bel et bien affaire à une secte mystique. Arrêtés, emprisonnés ou pendus sur la place public, les sorciers de la confrérie furent peu à peu éliminés par l’administration du Congo Belge, jusqu’à disparaître presque totalement du pays après l’indépendance.

Méconnus en Europe et dans le monde, ces « hommes-léopards » ont notamment été rendus célèbres par Hergé dans son album controversé, et particulièrement mal accueilli en RDC : « Tintin au Congo ».

Le Musée Royal d'Afrique Centrale à Tervuren montre en statue, l'homme-léopard de Tintin au Congo.
Le Musée Royal d’Afrique Centrale à Tervuren montre en statue, l’homme-léopard de Tintin au Congo.

.

 

Symbolisme.

Mais pourquoi les « Aniotas » choisirent-ils de se grimer en léopards, plutôt qu’en lions ou en gorilles, autres symboles de puissance au Congo ? Dans la tradition bantoue, le fauve tacheté occupe en réalité une position qui n’a rien à envier à son illustre cousin reconnu mondialement comme le roi des animaux. Dans la plupart des pays à l’identité bantoue, c’est bien le léopard qui est considéré comme le roi des animaux. Solitaire, grimpeur hors-paire, excellent chasseur, rusé et puissant, il est le symbole du chef et du leader, du dominant au sein de la tribu. C’est en référence à cet attribut et à ce statut que de nombreux chefs de village, hommes politiques ou chefs d’Etat (le maréchal Mobutu, Patrice Lumumba, Jomo Kenyatta…) arboreront la toque en peau de léopard, qui est l’équivalant d’une couronne royale dans notre culture. Pendant longtemps, à travers une propagande savamment entretenue, Mobutu a laissé les zaïrois de l’époque croire qu’enfant, il avait croisé un léopard, et qu’il avait su surmonter sa peur pour finalement parvenir à le tuer à mains nues. Une légende sensée valider un peu plus son règne, si l’on en croit le proverbe disant que « celui qui tue un léopard de ses mains mérite de régner ».

PatriceLumumba JomoKenyatta Mobutu1

Outre à travers le port de cette coiffe, on retrouve le symbolisme autour du léopard dans les célèbres danses traditionnelles bantoues, que des groupes folkloriques tentent de maintenir en vie face à la domination et au succès d’une musique plus « profane » au Congo. Ces danses évoquent généralement des récits guerriers, des faits tribaux glorieux, mais aussi des éloges poétiques. Elles sont réalisées par des hommes, mais également par des femmes, lors de célébrations ou pour souhaiter la bienvenue à un visiteur, et reprennent parfaitement les codes de l’identité bantoue. Si en fonction des régions, les danseurs peuvent se présenter soit armés d’une lance et d’un bouclier, de plumes et de fétiches, la peau de léopard, elle, ne fait presque jamais défaut. Portée la plupart du temps sous la forme d’un pagne, elle renvoie ici à l’instinct de chasseur de l’animal, mais est aussi arborée comme un trophée pour les guerriers ayant vaincu le fauve. En République Démocratique du Congo, les Luba-Kasaï et les Luba-Katanga comptent parmi les tribus les plus renommées en matière de danse traditionnelle.

groupe folklorique Kasaï All Stars (RDC)
groupe folklorique Kasaï All Stars (RDC)

.

Le sceau de la République.

Depuis l’indépendance, le léopard a toujours été l’empreinte-même de la République du Zaïre, puis de la République Démocratique du Congo. Ainsi, les armoiries de l’Etat sont frappées du visage d’un léopard rugissant, ainsi que d’une lance et d’une corne d’ivoire accompagnées de la devise : « Justice, Paix, Travail ». De la même manière, sur les billets de banque, du temps de la République du Zaïre, un léopard bondissant accompagnait le portrait, omniprésent, du maréchal Mobutu. Aujourd’hui, l’emblème orne les passeports des ressortissants de la République Démocratique du Congo.

Armoiries

cinquante zaïres

Passeports

.

Les Léopards, une fierté nationale. 

Comme autre preuve de la force du lien entre le léopard et la RDC, le nom de l’animal a été attribué aux joueurs de l’équipe nationale de football. Traditionnellement, toutes les formations africaines affublent leur sélection du nom d’un animal sensé représenter au mieux la nation. Si les joueurs ont, entre 1997 et 2006, été surnommés les « Simbas » (lions en swahili), ils ont finalement retrouvé leur nom originel des « Léopards » pour ne plus jamais l’abandonner.

Les "Léopards" locaux lors de la CHAN 2016
Les « Léopards » locaux lors de la CHAN 2016

Logo FECOFA

.

Central dans l’Histoire du pays comme dans la vie des congolais, le léopard représente pour beaucoup bien plus qu’un simple emblème et qu’un symbole national. Ciment de la nation, source de fierté commune, d’une force et d’une beauté à travers lesquelles l’ensemble des congolais souhaitent se reconnaître, le léopard jouit encore aujourd’hui d’un statut exceptionnel parmi les nombreux animaux qui peuplent le pays. Pour preuve, la République Démocratique du Congo est l’un des rares Etats d’Afrique subsaharienne où la chasse au léopard est officiellement interdite.