Grands Lacs – Rwanda : Pour l’Aïd Al Fitr, le mufti appelle à la « coexistence et au respect de tous ».

Sheikh Salim Hitimana - Mufti du Rwanda -
Sheikh Salim Hitimana – Mufti du Rwanda –

.

Pour la cérémonie de l’Aïd Al-Fitr hier à Kigali, le Mufti du Rwanda, Sheikh Salim Hitimana, a appelé la communauté musulmane rwandaise, mais aussi l’ensemble de la population, à œuvrer pour la paix et pour le respect de l’autre.

Dans un stade régional de Nyamirambo plein à craquer, le leader des musulmans du Rwanda a voulu placer les célébrations de cette fin du Ramadan 2016 sous le signe de la paix, de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. Il a ainsi rappelé que ceux qui prônaient la violence et semaient la terreur dans le monde au nom de l’islam se plaçaient en contradiction de la religion du Prophète Muhammed. Alors que la Région des Grands Lacs n’a plus connu la sécurité depuis des décennies et que le monde musulman continue à s’embraser, Sheikh Salim Hitimana a tenu à délivrer un message résolument pacifiste : « Je rappelle que l’islam nous enseigne le respect et la préservation des vies humaines, la tolérance, la coexistence ainsi que le respect de tous. C’est ainsi qu’il nous est interdit en islam d’ôter la vie d’autrui, et ceux qui font cela véhiculent une idéologie dévoyée qui ne reflète pas les véritables enseignements de l’islam ».

RwandaAïd2 RwandaAïd1

Le Mufti a également annoncé qu’il était désormais exclu pour les femmes musulmanes rwandaises d’arborer le niqâb et le sitâr, ce voile qui recouvre entièrement le visage. Comme le Congo-Brazzaville avant lui, le Rwanda entend donc interdire ce vêtement par pure mesure de sécurité et dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le pays. « Le Coran demande aux femmes de couvrir l’ensemble de leur corps, sauf le visage et les mains », s’est ainsi justifié Sheikh Salim Hitimana, se basant sur des avis juridiques majoritairement émis par les spécialistes en droit islamique (fiqh).  « Nous avons donc convenu que ce type de voiles serait interdit dans notre pays, car des personnes mal intentionnés s’en sont déjà servi pour se masquer et mener des activités malheureuses, comme le terrorisme ».

Sheikh Musa Sindayigaya, le porte-parole de Communauté Musulmane au Rwanda, a fait savoir que deux femmes portant le niqâb avaient récemment été arrêtée à l’aéroport international de Kigali alors qu’elles étaient sur le point d’embarquer pour rejoindre des combattants de l’Etat Islamique. Acceptée par une grande majorité des musulmans du Rwanda, cette décision s’inscrit, selon les autorités islamiques locales, dans « le bon contexte, car cette tenue vestimentaire représente avant tout la culture arabe, et pas la foi musulmane. » 

.

Grands Lacs