RD Congo – Beni : À Butembo, la Véranda Mutsanga prépare la révolution

Manifestation de la Véranda Mutsanga à Butembo (Nord-Kivu)
Manifestation de la Véranda Mutsanga à Butembo (Nord-Kivu)

Ils sont d’absolument tous les combats. Depuis leur fief de Butembo, les activistes de la Véranda Mutsanga se veulent les portes-paroles de toutes les crispations régionales. Plongée au cœur de ce mouvement explosif.

S’ils ont observé, entendu et pris en compte les déclarations et hommages rendus par le président Joseph Kabila de passage dans la ville il y a quelques jours, les militants de la Véranda Mutsanga n’en ont pas rangé leurs slogans et leurs revendications pour autant. Pour preuve, le mouvement a prévu de manifester en grande pompe aujourd’hui à travers Butembo, où sont attendus des activistes de toutes ses antennes à travers le Nord-Kivu. Car la Véranda est devenue incontournable dans les grandes villes de la région, notamment par les thématiques purement locales sur lesquelles elle veut bâtir sa révolution : Fin des massacres à Beni-Lubero, dénonciation de la passivité des troupes de la MONUSCO à Beni, défense du peuple Yira, lutte contre l’insécurité et le chômage à Butembo, le mouvement, s’il n’est pas un parti politique, a toujours tenu un véritable programme de société principalement focalisé sur la sécurisation des populations du Nord-Kivu.

Les cadres de la Véranda Mutsanga
Les cadres de la Véranda Mutsanga

L’insécurité régionale, cheval de bataille des activistes.

Ouverte à tous, la Véranda Mutsanga regroupe des bénévoles issus de tous les horizons : étudiants, avocats, commerçants, religieux, journalistes, mais aussi des agriculteurs et des mères de famille qui continuent à venir grossir les rangs d’une organisation prise très au sérieux par les autorités locales. Comme preuve du succès de cette organisation qui se définit comme un mouvement de masse populaire, dans la ville, il se dit que certains officiers FARDC soutiennent et encouragent la structure, pourtant particulièrement virulente à l’égard d’une armée qu’elle dit « infiltrée » par des éléments rwandais venus instaurer le chaos au Congo et organiser la fameuse « balkanisation » de l’Est du pays. L’insécurité dans le Nord-Kivu, et plus particulièrement à Beni, c’est le nerf de la guerre menée par la Véranda Mutsanga, le socle qui unit tous les militants de la province engagés dans ce mouvement. À leurs yeux, plusieurs choses ne tournent pas rond dans l’explication officielle des massacres de Beni. « Les ADF, qu’on accuse de commettre ces crimes, sont de faux ADF, déclare ainsi un activiste. Ils ont été vaincus en 2014 mais ont été remplacés par plusieurs éléments ougandais, rwandais, congolais, qui ont été armés pour égorger et tuer à Beni-Lubero et exterminer le peuple Yira (Nande, ndlr). »

Ce que d’aucuns verraient comme du complotisme est ainsi érigé en certitude au sein de la Véranda Mustanga, qui a décidé d’aller beaucoup plus loin dans son combat pour la sécurité des populations du Nord-Kivu. C’est ainsi qu’au-delà de ses revendications et de ses dénonciations, l’organisation met en place des actions concrètes sur le terrain, comme ces groupes d’arts martiaux qui se sont constitués pour pouvoir répondre à d’éventuelles attaques à l’arme blanche, mode opératoire favori de ceux qu’ils appellent « les égorgeurs » du territoire de Beni. Après chaque acte de violence, cambriolage ou incivilité dans la ville de Butembo, les militants mènent l’enquête et parviennent bien souvent à remonter jusqu’aux fauteurs de troubles avant les forces de police.

Marches pacifiques et démonstrations de force.

Depuis sa création en 2012, la Véranda Mutsanga a été de toutes les démonstrations populaires pacifiques pour réclamer, soit le respect de la Constitution, soit le départ du président Kabila au terme de son dernier mandat à l’hiver prochain, soit la fin des massacres de Beni et la mise en place d’une véritable politique de l’emploi dans la région. Dans le viseur du pouvoir et des services de renseignements, la Véranda Mutsanga a alerté les autorités depuis plusieurs jours sur son intention de manifester pacifiquement ce samedi à Butembo, à travers un courrier largement diffusé sur les réseaux sociaux :

Véranda Marche Pacifique 1

Véranda Marche Pacifique 2

Contacté par Dunia Kongo Media quelques heures avant le début de la manifestation, Tembos Yotama, l’un des leaders de la Véranda Mutsanga, a évoqué les objectifs du mouvement, son historique dans la région de Beni aujourd’hui meurtrie par les massacres, mais aussi les rapports entretenus avec des organisations plus médiatiques comme la Lucha.