RD Congo – Kinshasa : La communauté musulmane de Kinshasa recadre sèchement Lambert Mende.

Mende

Les propos de Lambert Mende, qui a évoqué sans preuves la complicité d’un imam de Butembo qui recrutait pour les ADF, sont de nature à enflammer le climat interconfessionnel en République Démocratique du Congo. C’est ce qu’ont vivement dénoncé des personnalités de la communauté musulmane de Kinshasa.

Alors que les auteurs présumés des massacres incessants dans le territoire de Beni n’ont jamais revendiqué leurs exactions, le gouvernement congolais croit dur comme fer avoir affaire à des combattants djihadistes du même acabit que Boko Haram, les Shebab ou DAESH. Une version vivement remise en cause par une grande partie de l’opinion congolaise qui soutient que l’Etat « sait qui est derrière ces tueries », mais qu’il cherche à « distraire la population » à l’approche des élections présidentielles. Craignant que les propos de Lambert Mende ne sèment la confusion et n’entraînent des amalgames, Himidi Simba, représentant régional de la COMICO dans le district de la Funa, s’est insurgé sur contre qu’il perçoit comme une provocation à l’égard de la communauté musulmane congolaise.

« Nous mettons en garde Lambert Mende Omalanga, de façon à ce qu’il cesse de chercher des poux dans la tête des musulmans. Ce qu’il se passe à Beni est de la responsabilité de l’Etat et de la MONUSCO, qui est d’ailleurs plus une force d’occupation qu’autre chose, a-t-il ainsi dénoncé. De la tête à la queue, les musulmans sont loin des actes de barbarie ! Quand le soi-disant prophète Mukungubila a voulu renverser le régime en place,  pourquoi n’a-t-on pas parlé des chrétiens ? »

S’il reconnaît que les ADF ougandais avaient bel et bien un caractère islamiste quand ils opéraient contre l’Ouganda, ces derniers se sont délité depuis 2014 et les motivations du groupe restent floues. Pour Himidi Simba, agiter ainsi une menace djihadiste sur le Congo est de nature à « semer la haine » entre les confessions.

« Qu’on ne sème pas la haine entre les confessions religieuses car nous vivons en paix avec nos amis des autres confessions. Le Congo traverse une période de turbulences, qu’on ne détourne pas l’attention du peuple ! »

Lors de son déplacement à Beni il y a deux ans, le président Joseph Kabila avait invité la population à ne pas faire d’amalgame entre les terroristes et les musulmans. Aujourd’hui, les propos de Lambert Mende sont perçus comme un dangereux revirement de la part du gouvernement, qui pourrait porter atteinte à la communauté musulmane congolaise.

« Kinshasa veut détourner l’attention du peuple en discréditant pour rien les musulmans. Ce sont des vocabulaires utilisées pour étouffer la vérité, a estimé l’imam représentant régional. Les ADF peuvent être des musulmans, mais discréditer toute une communauté comme ça ce n’est pas bien ! Je doute fort que ces gens soient même musulmans surtout lorsqu’on sait que l’ islam est une religion de paix ».
.
IMG-20160706-WA0043
.
De son côté, Maître Yassini, avocat conseil à la COMICO, a publié un communiqué répondant vigoureusement aux allégations du porte-parole du gouvernement.
« Mende ne peut justifier l’impuissance de son gouvernement à sécuriser la population de Beni en attribuant ces massacres à l’Islam, car parmi les victimes il y a des musulmans bien identifiés à Beni dont Mustafa Musevere, Maman Shamimu, Ibrahim Kasereka. 
Très chers frères et soeurs en Allah et chers compatriotes, la RDC notre cher et beau pays est sur les pas de l’islamophobie. Le gouvernement congolais attribue le génocide de Beni à un groupe pratiquant l’islam radical. Et lorsqu’on sait que ce groupe rebelle possède à sa tête des personnes connues, n’appartenant pas à l’ islam, à quel jeu joue le gouvernement ? On sait que ces groupes rebelles existent depuis belle lurette, tuent, massacrent les paisibles citoyens abandonnés à leur triste sort… Pourquoi ces ADF ne massacrent pas en Ouganda d’où ils sont originaires ?
S’il y a quelques musulmans dans ce complot alors Mende ne doit pas généraliser et parler de terrorisme. Il doit rectifier le tir et assumer les responsabilités du gouvernement en tant qu’un des membres de l’équipe. On a toujours été passifs même si dans la gestion de ce pays les musulmans ne sont pas suffisamment représentés. C’est un complot contre l’islam alors Mende doit se redire. Les terroristes ici chez nous n’ont aucun intérêt à protéger, et nous ne les combattons pas à l’étranger…
Sous d’autres cieux les animateurs de la sécurité au Congo, notamment la Défense, l’Intérieur, ou en commençant par le Premier Ministre, auraient rendu leur tablier au lieu d’imputer ces faits à la communauté musulmane. Mende doit se redire. »

Les témoignages des combattants arrêtés à Beni et présentés comme des éléments ADF démontrent aujourd’hui qu’ils sont constitués aussi bien de musulmans que de non-musulmans, et souvent de villageois recrutés contre une centaine de dollars. Lors de leurs aveux, ces combattants n’expriment jamais de motivation de type djihadiste, mais expliquent plutôt s’être engagés contre l’assurance de recevoir un salaire confortable.

Ne souhaitant pas en rester là, la communauté musulmane de Kinshasa réfléchit à engager une action en justice contre Lambert Mende.