Grands Lacs – Rwanda : Les leaders musulmans s’impliquent dans la lutte contre le radicalisme.

 

Au cours d’un meeting tenu conjointement par la police, les autorités islamiques et une partie des l’administration de la Province du Sud, les musulmans ont annoncé leur implication aux côtés des forces de sécurité dans la lutte contre le radicalisme dans le pays.

Les autorités rwandaises, en plus de craindre un retour en force des FDLR qui se cachent en République Démocratique du Congo, ne souhaitent pas à avoir affaire à la menace djihadiste sur leur territoire. De l’aveu-même d’Alphonse Munyantwari, gouverneur de la Province du Sud, peu de cas de radicalisme islamiste ont été détectés au Rwanda, mais selon lui, ils sont suffisants pour combattre le phénomène à coups de campagnes de prévention.

« La sécurité durable et le développement passent par l’effort de tous, y compris des organisations religieuses, a-t-il ainsi déclaré en présence du mufti du Rwanda, Shaykh Salim Hatimana. Vous devez vous efforcer de montrer le droit chemin à vos fidèles ainsi que le rôle qu’ils ont à jouer dans la construction du pays, afin que certains ne profitent de leur naïveté pour les attirer vers des activités criminelles ».

« Les gens ne devraient pas être amenés à penser que le radicalisme ou la violence représentent notre religion, a à son tour déclaré le mufti. Les gens qui agissent de la sorte sont en totale contradiction avec l’islam ».

Responsable des forces de police de la région, Dismas Rutaganira a invité tous les religieux, mais aussi les politiques à communiquer contre la violence, le crime et l’extrémisme et à participer à l’effort de prévention : « Nous ne pouvons nous permettre de revenir à nos années noires, et nous ne permettrons à personne, à aucun groupe de nous empêcher de cheminer vers le développement ».

Au terme de cette campagne, les musulmans ont proposé de collaborer avec les autorités et les services de sécurité dans l’échange d’informations sur les profils suspects ou les activités douteuses. En début d’année, un recruteur présumé de l’Etat Islamique avait été abattu par la police à Kigali, faisant craindre aux autorités et à la population l’apparition d’une nouvelle menace,de type djihadiste au Rwanda.

.

Grands Lacs