[VIDEO] Témoignages : Les musulmans de la RDC lassés d’être associés au terrorisme.

Depuis les déclarations de Lambert Mende qui avait accusé, avant-même l’arrestation de Hamza Baguma, un imam de Butembo d’être impliqué dans le recrutement de combattants destinés à rejoindre les présumés ADF, les musulmans congolais se sentent ciblés par le gouvernement.

En République Démocratique du Congo, l’ensemble de la communauté musulmane a désormais l’impression de servir de bouc-émissaire au pouvoir en place, qui attribue les massacres de Beni à des présumés-ADF décrits comme des djihadistes au sein desquels se trouveraient des congolais embrassant une vision violente et destructrice de l’islam. Si par le passé, le président Kabila avait pris soin de préciser que les musulmans congolais n’avaient rien à voir avec les ADF et qu’il fallait les différencier des tueurs de Beni, Lambert Mende s’est cette fois-ci bien gardé d’adresser ce type de message d’apaisement aux congolais.

Obligés de se justifier de leur appartenance à l’islam et de répondre à des soupçons totalement infondés dont ils font l’objet, les musulmans de la République Démocratique du Congo sont aujourd’hui fatigués d’avoir à se désolidariser de fauteurs de troubles qui, dans le Nord-Kivu, massacrent sans distinction des civils musulmans et chrétiens.

C’est dans ce climat pesant que nous avons recueilli les témoignages de musulmans fréquentant une école islamique de Kinshasa. Tous ont exprimé leur ras-le-bol d’avoir à s’expliquer pour des crimes commis par des groupes qu’ils considèrent eux aussi comme ennemis du peuple congolais, et étrangers à la religion musulmane.


.