Islam – Coran : « Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. »

« Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Il leur accordera un délai jusqu’au jour où leurs regards se figeront. » (Ibrâhim, verset 42)

Rohingyas

Des quartiers Est d’Alep au territoire de Beni, du génocide des Rohingyas à la colonisation galopante en Cisjordanie, sans oublier les intenses préoccupations de la communauté noire aux Etats-Unis, partout, les injustices sont flagrantes, les crimes révoltants, leurs auteurs honteusement impunis. Si le monde préfère détourner le regard, fermer les yeux sur le sort d’autant de peuples opprimés, Allâh (Exalté soit Son Nom), Lui, n’ignore rien de la situation de Ses créatures. Il est Compatissant (Ra’oûf) envers Ses serviteurs, et le rappel retentissant de ce verset nous interdit de nourrir de mauvaises pensées au sujet de notre Seigneur face aux malheurs qui s’amoncellent dans le monde. Si les injustes, les régimes oppresseurs, les systèmes basés sur l’humiliation des peuples, semblent aujourd’hui à l’abri de tout blâme, de toute condamnation de leurs actes, Allâh (Exalté soit Son Nom) nous assure que cette impunité apparente n’est que temporaire, et que Sa réponse sera redoutable.

Mais en attendant cette justice, qui triomphera forcément au Jour du Jugement, quand « les regards se figeront », quel comportement doit adopter le musulman soumis à la tyrannie d’une personne, au despotisme d’un régime, à la barbarie d’un système ? Quelle attitude spirituelle, au-delà de ses divers engagements sociaux, humanitaires, de ses prises de positions militantes, doit-il observer ? Si la morale islamique nous défend de réagir aux événements, positifs comme négatifs, sous le coup de nos seules émotions, elle nous enjoint à chercher le refuge et le réconfort dans la prière et d’implorer le secours d’Allâh dans les circonstances malheureuses. C’est ainsi que le Prophète Muhammed (paix et bénédictions d’Allâh sur lui) a garanti que toute invocation, supplique ou complainte adressée par les victimes d’injustices à Allâh ne connaîtrait ni barrière ni repoussoir.

D’après Khuzeima Ibn Thabit (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit :

« Craignez l’invocation de celui qui subit une injustice car elle est certes portée au dessus des nuages et Allah dit : Par ma Puissance et ma Majesté, je vais certes te secourir d’ici peu ». (rapporté par At-Tabarâni)

L’opprimé secouru, l’oppresseur châtié et humilié au Jour de la reddition des comptes. Celui qui pensait n’avoir à jamais répondre de ses actes, confronté par la Justice du Tout-Puissant avant de voir son statut basculer pour passer de bourreau à supplicié, d’intouchable à vulnérable. Où qu’ils soient, qui qu’ils soient, les auteurs d’actes indicibles, insaisissables aujourd’hui, subiront un jour à leur tour l’humiliation, la souffrance et le châtiment. Par cette annonce, et par l’invitation à la patience à travers l’invocation, l’islam appelle le musulman à s’abstenir de tout acte de vengeance personnelle, à tout réflexe guidé par les passions et la rancœur, et non par la lumière de la foi. L’islam appelle à croire avec certitude et conviction à la réalité du Jour du Jugement, où la Justice sera rendue sans qu’aucune créature d’Allâh ne soit lésée, ainsi qu’au Destin, au déroulement des événements dont nous sommes les témoins, qu’ils soient heureux ou malheureux. Ces deux éléments, faisant partie intégrante des six piliers de la foi, placeraient quiconque les refuse et les rejette en dehors du champ commun des croyants. Malgré la difficulté, le pessimisme lié à l’époque et à son contexte défavorable, le sentiment d’impuissance et l’immense injustice pouvant être vécue dans nos vies personnelles, mais aussi dans certaines contrées lointaines, la clé demeure dans la relation à Allâh (Exalté soit Son Nom) et la certitude en Sa promesse.

D’après Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit :

« Le jour du jugement Allah va plier les cieux puis il va les prendre dans sa main droite puis Il va dire: Je suis le Roi, Où sont les tyrans ? Où sont les orgueilleux ? Puis Il va plier les terres et va les prendre dans sa main gauche puis Il va dire: Je suis le Roi, Où sont les tyrans? où sont les orgueilleux ? » (rapporté par Muslim – Sahih n° 2788)

.