Grands Lacs – Ouganda : Le commandant du M23, Sultani Makenga, serait en fuite.

D’après le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, l’ex-chef militaire des rebelles du M23 aurait fui Kampala pour rallier « une destination inconnue ».

Sultani Makenga

Mis en déroute par les FARDC et les forces d’intervention de l’ONU en novembre 2013, Sultani Makenga et plusieurs de ses hommes avaient rejoint l’Ouganda, où ils s’étaient rendus aux autorités, qui ont toujours refusé de remettre les combattants à Kinshasa. Parfois annoncé mort, ou de retour dans le Nord-Kivu, le général autoproclamé figure sur la liste noire du Conseil de Sécurité de l’ONU pour son rôle dans les violations du droit international commises par le M23 :

« Sultani Makenga est l’auteur et le responsable de violations graves du droit international humanitaire pour meurtres, mutilations, violences sexuelles, enlèvements et déplacements ayant pris pour cibles des femmes et des enfants dans des situations de conflit armé. Il est également responsable de violations du droit international au titre des actes du M23 pour avoir recruté ou utilisé des enfants dans les conflits armés en RDC. Sous les ordres de Sultani Makenga, le M23 a commis des atrocités généralisées contre la population civile de la RDC. »

Compte tenu de la situation sécuritaire chaotique dans le Nord-Kivu, on craint déjà un retour du chef rebelle dans une région qu’il a déjà grandement contribué à déstabiliser.

Les combattants du M23, qui ont semé le chaos en 2012/2013 dans le Nord-Kivu, affirmaient être des soldats congolais Tutsis luttant pour un meilleur statut et plus de reconnaissance au sein de l’armée régulière. Le Rwanda a toujours été considéré comme un soutien du mouvement rebelle.