L’IMAGE DU JOUR : La congolaise Soraya Aziz-Souleymane reçue au Quai d’Orsay par Jean-Marc Ayrault.

C’est en tant que militante de la Lucha que Soraya Aziz-Souleymane, activiste-citoyenne multi-casquettes de la jeunesse congolaise, a été reçue aujourd’hui au Quai d’Orsay par le ministre des affaires étrangères français.

SAS et Jean-Marc Ayrault

Le mouvement citoyen congolais de la Lucha et le gouvernement français partagent une volonté commune : celle de voir les libertés pleinement garanties et la démocratie réellement respectée en République Démocratique du Congo. Tout comme la Lucha, qui continue sa mobilisation sur le terrain, l’Etat français souhaite une alternance pacifique à la tête de notre pays, et maintient la pression sur le président Joseph Kabila pour qu’il cède le pouvoir au terme de son mandat, le 19 décembre prochain. Alors que l’incertitude plane sur le respect des termes du calendrier électoral, qui prévoit désormais des élections générales en 2018, la Lucha voit son combat une nouvelle fois salué à l’échelle internationale.

Soraya Aziz-Souleymane, qui a présenté à Jean-Marc Ayrault le plan d’action de la Lucha pour la période cruciale du 19 novembre au 19 décembre, a remercié le Quai d’Orsay pour la fermeté dont il continue à faire preuve face à Kinshasa, en continuant à exiger le départ de Joseph Kabila et le respect de la Constitution. Aux côtés de la Lucha, les activistes de Filimbi et de plusieurs autres mouvements citoyens africains ont ainsi pu échanger aujourd’hui avec le chef de la diplomatie française.

Malgré la désignation hier de l’opposant Samy Badibanga au poste de Premier Ministre, conformément à l’accord issu du dialogue national, la Lucha a exigé de l’heureux élu qu’il fasse « preuve de cohérence et de courage en renonçant à sa nomination ».

Lisez aussi : Samy Badibanga, nouveau Premier Ministre de la RDC.

Outre son engagement citoyen, Soraya Aziz-Souleymane est la fondatrice de l’ONG de développement Nyota, lauréate du prix de la femme de l’année 2015 dans l’industrie minière congolaise ainsi que d’une série de distinctions pour ses activités auprès des populations défavorisées ainsi que ses initiatives en faveur de l’alphabétisation des femmes en zone rurale.