Diaspora – Islam : Comment venir en aide aux associations islamiques congolaises depuis la France ?

Les musulmans français d’origine congolaise sont de plus en plus nombreux à s’intéresser au sort de leurs frères en République Démocratique du Congo. Face au manque de moyens qui frappe la communauté musulmane congolaise, les membres de la diaspora peinent encore à s’organiser pour leur venir efficacement en aide. C’est face à cette réalité que nous vous proposons quelques pistes pour soutenir matériellement les musulmans du Congo.

La mosquée centrale de Beni (Nord-Kivu).
La mosquée centrale de Beni (Nord-Kivu).

Savoir bien s’entourer.

Agir pour les autres est avant tout une incroyable aventure humaine. Dans le cas de la République Démocratique du Congo, si l’on ne se sent pas les épaules assez larges pour assumer la tâche seul, il est préférable de monter une petite équipe pour booster son action. Deux, trois, peut-être jusqu’à cinq personnes, restez dans un nombre assez restreint pour faciliter la cohésion et le partage, cela est plus à même de vous éviter de vous éparpiller. Mais plus que le nombre, ce qui permettra à votre groupe de bien démarrer et de fixer en bonne intelligence les lignes de votre projet, c’est votre entente, votre solidarité, votre sens de l’écoute les uns les autres et votre solidité. Ainsi, il s’agira d’abord de constituer une petite équipe d’amis ou de connaissances, voire même à partir de contacts noués sur les réseaux sociaux avec des musulmans de France partageant la même ambition.

Créer une association loi 1901.

C’est le passage obligé. Pour avoir une existence juridique et pouvoir recevoir des dons, vous devez créer une association loi 1901. Petit conseil, compte tenu du principe de laïcité à la française, et aussi par les temps qui courent, évitez les dénominations à caractère trop islamiques pour privilégier les appellations d’ordre plus culturels. Une association au nom africain (lingala, swahili…) sonne toujours mieux qu’une association à la dénomination arabe pour certains, et c’est un point à ne pas négliger. Une « association culturelle » franco-congolaise suscitera ainsi moins d’amalgames qu’une « association islamique » franco-congolaise.

Retrouvez toutes les informations et les démarches pour créer une association loi 1901 sur le site dédié à cet effet : cliquez ici.

Avoir connaissance de la réalité du terrain congolais.

S’ils sont de plus en plus nombreux à souhaiter venir en aide aux musulmans de la RDC, les français d’origine congolaise sont tout aussi nombreux à être totalement sous-informés sur la réalité du terrain. Alors que certains ignoraient il y a quelques années encore l’existence de musulmans au Congo, d’autres, nés en France, n’ont tout simplement jamais mis les pieds dans le pays de leurs parents. Si vous souhaitez agir en faveur de la communauté au pays, il va falloir absolument remédier à ça. Informez-vous, suivez l’actualité (souvent mouvementée) de toute la République Démocratique du Congo en intégrant le fait que le pays ne se limite pas à Kinshasa et au lingala. Sortez des clichés, débarrassez-vous des idées-reçues. Découvrez les autres villes, les autres langues et cultures nationales à travers les médias, les livres, les documentaires. Mais bien évidemment, le mieux serait de faire le déplacement vous-mêmes. Découvrir par vous-mêmes la réalité de la situation des musulmans congolais et leur retard colossal par rapport aux autres minorités confessionnelles du pays, notamment les kimbanguistes, vous permettra de mieux cibler votre action et de définir des priorités en phase avec la réalité. Vous rendre sur le terrain vous permettra aussi d’évaluer par vous-mêmes les besoins, les manques et les attentes de la communauté locale. S’il y a des mosquées ou écoles à construire, participez à l’élaboration du devis, renseignez-vous sur les prix des travaux et de la main d’oeuvre, évitez-vous au maximum les mauvaises surprises en terme de tarifs une fois rentré en France.

Nouer des contacts fiables au Congo.

La réalité congolaise, c’est aussi qu’on ne peut malheureusement pas faire confiance à tout le monde et à n’importe qui, même au sein de la communauté musulmane. Sous l’enthousiasme provoqué par le fait d’enfin rencontrer des congolais d’obédience musulmane, vous pourriez céder à une forme d’euphorie et baisser la garde sur des principes de précaution de base. Faites attention. Ne vous posez pas comme l’enfant venu d’Europe pour solutionner les problèmes matériels des africains; c’est une grande erreur et les congolais détestent ça. Nouez des contacts avec des personnes fiables, avec lesquelles vous traiterez d’égal à égal. Renseignez-vous, interrogez sur tel ou tel responsable d’association ou imam, enquêtez sur leur réputation avant de vous engager dans toute collaboration, sans quoi vous pourriez vous exposez à de très mauvaises surprises. Cherchez donc à vous associer à des personnalités connues pour leur honnêteté, leur piété, et évitez les présidents d’associations engagés dans des compétitions contre des organisations rivales, cela existe au Congo. Aussi, abstenez-vous de multiplier les contacts et les partenariats, contentez-vous d’un interlocuteur unique, avec lequel vous maintiendrez une correspondance à votre retour en France.

Organiser des collectes en n’acceptant que le licite.

Livres islamiques, vêtements, denrées alimentaires, financement de mosquées, construction d’écoles, dons pour le Ramadan… il manque de presque tout à la communauté musulmane congolaise. Depuis la France, après avoir crée votre association, pris connaissance de la réalité du terrain et noué des contacts au Congo, il s’agira d’organiser des collectes d’argent et de biens à envoyer à votre interlocuteur au pays. Dans votre démarche, vous devrez être guidé par le hadith du Prophète  : « Certes, Allâh est Bon et il n’accepte que le bon ». N’acceptez pas tout et n’importe quoi sous prétexte qu’il s’agit d’effectuer une bonne action, bien au contraire. Tâchez de n’investir et de n’accepter que de l’argent et des biens de provenance licite, afin de tirer bénéfice pleinement de votre engagement. Gardez bien à l’esprit que votre action, aussi humanitaire soit-elle, entre dans le cadre de l’adoration si vous la faites précéder d’une intention allant dans ce sens. Fixez cette ligne de conduite à tous les membres de votre association et organisez-vous pour récolter de l’argent et des biens en quantité suffisante (vaut mieux trop que pas assez) : ouvrez des pages Facebook, contactez des mosquées et associations islamiques françaises, sensibilisez autour de vous, constituez-vous un réseau, etc…

Privilégier les agences de fret.

Pour l’envoi de fonds à votre partenaire au Congo, vous pouvez passer par les célèbres organismes de transfert d’argent; la démarche est toujours la même. En revanche, pour les colis que vous souhaitez faire parvenir au pays, nous vous conseillons de privilégier les agences de fret. Aérien ou maritime, le fret est le moyen d’envoi le plus prisé au sein de la diaspora congolaise de France, et il est vraisemblablement celui qui offre le plus de garanties.

Médiatiser les envois et réceptions de dons pour rassurer les donateurs.

Pour rassurer les donateurs, mais aussi, disons-le, démontrer que votre association n’est pas là pour « manger » leur argent, il est de bon ton de communiquer sur l’envoi et la réception de vos collectes en RDC et sur l’utilisation qui en est faite. Votre partenaire a pu ouvrir sa madrassa à Kinshasa ? Publiez les photos sur votre blog. Les colis de livres sont arrivés à Goma ? Partagez une vidéo sur votre page Facebook. Vous avez financé la construction d’une mosquée ici ou là ? Diffusez l’événement sur les réseaux sociaux. Que vous le vouliez ou non, vous susciterez le doute et le scepticisme chez certains. Pour contrer ces sentiments négatifs, prenez les devants en jouant la carte de la transparence dès le départ, car les donateurs sont en droit de vous demander des comptes.

Via les réseaux sociaux, une chaîne YouTube, un blog, un site Internet, informez régulièrement la communauté qui se constituera autour de votre association. Présentez-vous, appelez vos projets, vos ambitions, les défis que vous vous engagez à relever, communiquez sur vous, mais aussi sur votre association partenaire en RDC, celle à qui seront destinés les dons que vous feront ceux qui vous soutiennent. Répondez au souci d’information des donateurs, filmez, photographiez, donnez vie aux projets que vous serez amené à incarner, et tissez continuellement un lien de confiance autour de votre association.