Diaspora – Tunisie : Célébration de la journée nationale contre le racisme au lendemain de l’agression de 3 congolais.

La Tunisie célébrait aujourd’hui la journée nationale contre le racisme. Un événement terni par la violente agression commise samedi 24 décembre à Tunis contre 3 jeunes congolais.

Manifestant Congolais Tunisie
Un manifestant congolais hier sur l’avenue Habib Bourguiba à Tunis – (photo AESAT)

« Je ne mourrais pas à Tunis parce que je suis Noir ». C’est avec ce type de slogans que de nombreuses personnes originaires d’Afrique subsaharienne ont manifesté leur colère hier dans la capitale tunisienne. Congolais, camerounais, tchadiens, mais aussi de nombreux tunisiens, étaient réunis pour dire non au racisme, dont sont régulièrement victimes les Noirs dans les pays du Maghreb.

Ce rassemblement faisait suite à la violente agression au couteau dont ont été victimes trois personnes d’origine congolaise dans la journée du samedi 24 décembre à Tunis. « Deux (femmes, ndlr) ont eu la gorge tranchée et le troisième a été poignardé », a précisé Rachid Ahmad Souleimane, président de l’Association des Etudiants et Stagiaires Africains en Tunisie (AESAT). L’agresseur, bel et bien animé par des motivations racistes, aurait eu des déboires sentimentaux avec une femme africaine au cours d’un séjour en France, a expliqué son père à la radio Mosaïque FM, tout en le présentant comme sujet à des troubles psychologiques. Il a été arrêté par la police.

Le premier ministre tunisien, Youssef Chahed, a demandé aujourd’hui au Parlement d’examiner en urgence un projet de loi pénalisant le racisme. « Il faut une stratégie nationale afin de changer les mentalités, une loi qui criminalise la discrimination, a-t-il ainsi déclaré. Je demande à ce que les députés en débattent en urgence. Il faut aussi lancer des campagnes de sensibilisation. »

Récemment, c’est l’Algérie qui avait provoqué une vague d’indignation en expulsant des migrants originaires d’Afrique Noire. En Tunisie, bien que tabou, le racisme touche même les citoyens tunisiens de couleur Noire, qui essaient de sensibiliser sur la question depuis de nombreuses années.