RD Congo – Nord-Kivu : Le gouvernement annonce une incursion d’ex-combattants du M23, qui dément.

Julien Paluku a annoncé ce matin, sur Twitter, une incursion imminente d’ex-combattants du M23 depuis l’Ouganda. Du côté du gouvernement, on a vite précisé que le groupe rebelle était d’ores et déjà sur le territoire congolais, ce que le M23 a démenti.

Sultani Makenga1
Sultani Makenga et ses hommes du M23.

L’information est venue ce matin d’un tweet catastrophiste de Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu. Prolixe sur le réseau social, le chef de la province de l’Est a fait preuve de bien peu de sang froid en annonçant l’imminence d’une attaque d’ex-combattants du M23 depuis l’Ouganda, qui les accueille depuis leur déroute de 2013. « Alerte rouge !!! À partir de l’Ouganda, les ex-M23 sont en route pour la RDC avec armes et munitions pour attaques généralisées », a-t-il d’abord posté, avant de préciser que « les hommes identifiés dans la machine meurtrière » étaient Makenga, Mboneza, Jean-Claude Sejinshi, Emmanuel Kabundi, Ngabo et Gacheri ». Interrogé par plusieurs médias, Julien Paluku n’a pas hésité à accuser l’Ouganda qui, selon lui, téléguide cette nouvelle incursion du M23.

Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a de son côté affirmé que deux colonnes d’environ 200 soldats du M23 avaient traversé la frontière et se trouvaient d’ores et déjà en territoire congolais, avec des armes et des munitions. « Nous sommes très surpris que des gens qui étaient sous le contrôle du gouvernement Ougandais se retrouvent en train de nous agresser avec arme à la main, a-t-il déploré au micro du site actualite.cd. Le gouvernement ougandais a signé avec nous l’Accord d’Addis-Abeba ».

Egalement présent sur Twitter, le mouvement du M23 a démenti à sa manière en postant :

Pour l’heure, c’est le doute, plus que la panique, qui semble s’être emparé de la population du Nord-Kivu, nombreux sont ceux qui perçoivent cette nouvelle incursion comme un moyen de suspendre à nouveau le processus électoral et le scrutin présidentiel.