Grands Lacs – Ouganda : Le gouvernement annonce avoir arrêté 101 ex-combattants du M23.

Après avoir nié les allégations congolaises selon lesquelles d’anciens rebelles du M23 s’étaient échappés d’Ouganda dans le but d’attaquer la RDC, le gouvernement ougandais a annoncé avoir arrêté des anciens combattants de la rébellion, alors qu’ils se dirigeaient vers notre pays.

Armée Ougandaise

Après la cacophonie entre les deux parties, ougandais et congolais semblent enfin s’accorder sur une version commune : les ex-combattants du M23, cantonnés en Ouganda, sont décidés à rallier la RDC pour reprendre leur lutte. En début de semaine, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, avait alerté sur l’imminence d’une attaque massive des rebelles en provenance d’Ouganda. Aussitôt, l’information a été confirmé par le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qui ajoutait que l’ennemi était d’ores et déjà sur le sol congolais et que « les FARDC s’en occupent ». S’il a d’abord démenti ces informations, en renvoyant les autorités congolaises à leurs problématiques kinoises, le gouvernement ougandais a finalement reconnu hier que 141 ex-combattants du M23 s’étaient bel et bien échappés, tout en annonçant l’arrestation de 101 d’entre eux, alors qu’ils se dirigeaient vers la RDC.

communiqué Ouganda

Depuis 2014, les combattants du M23, vaincu par les FARDC et la MONUSCO, sont cantonnés au camp d’entraînement militaire de Bihanga, dans le district d’Ibanda, à quelques kilomètres de la frontière avec la République Démocratique du Congo.