Bukavu (Sud-Kivu): La police détruit les locaux provinciaux de la Communauté Islamique.

Rongée par d’impitoyables luttes intestines, la communauté musulmane du Sud-Kivu a vu ce matin l’un de ses conflits les plus ardents se solder par la destruction des bureaux de la COMICO à Bukavu, sur ordre du gouvernement.

img-20170520-wa0002

Les policiers sont arrivés tôt ce matin pour détruire l’édifice qui abritait un lieu de prière, une école ainsi que les locaux de la Communauté Islamique dans le Sud-Kivu. Déjà scellé par les forces de l’ordre au mois de février dernier, le bâtiment avait été retiré à la COMICO suite à une décision de justice donnant raison à l’ingénieur Timothée Kalala Kitenge, qui dénonçait un défaut de paiement de la part de l’institution islamique.

Furieux contre cette décision, les opposants à la COMICO, dont les leaders se présentent comme les responsables islamiques légitimes de la province, dénoncent un coup monté orchestré par l’instance islamique et monsieur Kitenge. Selon eux, la plainte déposée par l’ingénieur contre la COMICO n’était qu’un subterfuge pour pouvoir indemniser sous le manteau les imams ayant accepté de céder le bâtiment. Cette manoeuvre, réalisée avec la complicité de l’ingénieur, aurait permis à certains imams de toucher jusqu’à 20.000 dollars américains.

Puisqu’il ne s’agit que de supputations, illustrant parfaitement le climat extrêmement tendu au sein de la communauté musulmane, nous n’évoquerons pas ici les noms des religieux prétendument impliqués dans cette affaire quelque peu incompréhensible.

img-20170520-wa0008 img-20170520-wa0010-1