Environnement : Le 21 juin est la journée internationale de la girafe.

Le 21 juin correspond à la journée internationale de la girafe. Fin 2016, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature indiquait que l’animal avait perdu 40% de son effectif sur les 30 dernières années, pour intégrer à son tour la liste, de plus en plus longue, des espèces en voie de disparition.

document AFP
document AFP

 

La girafe est l’un des animaux-symboles du continent Africain. Menacée au même titre que les éléphants et les rhinocéros qui y subsistent, il ne reste plus qu’une quarantaine de girafes au  parc national de la Garamba, en République Démocratique du Congo. Dans cette région frontalière du Soudan du Sud, les girafes paient au prix fort l’acharnement des braconniers et l’activité incessante des groupes armés, dont le LRA sud-soudanais. L’espèce concernée est la girafe du Kordofan. Les biologistes expliquent qu’elle évolue dans un habitant atypique et dans un environnement dans lequel elles ne peuvent pas prospérer comme dans d’autres pays d’Afrique.

Au rythme où vous les choses, cette girafe ne pourra éviter l’extinction. Pour tenter de la sauver, scientifiques et biologistes sont à pied d’oeuvre depuis des mois dans le parc de la Garamba. Mathias D’haen, qui s’atèle à remettre de l’ordre et à favoriser la préservation de l’espèce, se veut résolument optimiste sur l’issue de ses efforts : « Elles sont notre plus grande préoccupation. Mais elles peuvent s’en sortir. Impossible d’imaginer Garamba sans ses girafes de Kordofan ».


Trois mois après avoir alerté sur la situation du grand gorille de l’Est, l’UICN s’inquiétait en décembre 2016 du sort de la girafe, exposée au braconnage, mais aussi aux conflits armés, à l’exploitation minière et  à l’agriculture, qui favorisent la perte de son habitat.

« Ces animaux majestueux sont confrontés à une extinction silencieuse » a déploré Julian Fennessy (UICN), alors que la population des girafes est passée de 155 000 à 97 500 en 30 ans.