Actu – Beni : Un rapport du Congo Research Group accuse (encore) l’armée d’avoir participé aux massacres.

Ça n’est pas nouveau, des militaires de l’armée congolaise sont régulièrement accusés d’avoir participé aux massacres en série contre les populations civiles de Beni. Dans un nouveau rapport publié cette semaine, le Groupe de Recherche sur le Congo inclut à nouveau les FARDC dans la liste des acteurs de premier plan des tueries commises entre 2014 et 2016 dans le territoire de Beni.

Beni RDC1


 Les conclusions de ce nouveau rapport n’ont pas surpris grand monde au Congo, où l’armée a presque toujours été considérée comme coupable à part entière des massacres de Beni. Dans cette nouvelle étude, le groupe universitaire pointe du doigt non seulement les ADF, responsables les plus connus et les plus fréquemment cités des tueries, mais aussi des éléments de l’APC, l’ancienne rébellion dirigée par Mbusa Nyamwisi, et donc des officiers des FARDC.

Ces derniers sont accusés d’être entrés en action sous le commandement du Général Muhindo Akili « Mundos », qui prit la direction des opérations contre les ADF en 2014 après la mort du Général Bahuma, héros de la guerre contre le M23. « C’est la partie la plus troublante de ce récit. Alors que sous la direction du général Bahuma, l’armée menait une offensive majeure contre les ADF, perdant une centaine d’éléments, l’approche changea en août 2014 avec la mort de Bahuma. Lorsque le général Akili Mundos prit le relais, l’offensive militaire ralentit. Selon plusieurs sources, les officiers supérieurs des FARDC étaient complices des massacres qui ont commencé en octobre 2014 aux alentours de Beni ».