Actu – RD Congo : Les « ADF » signent un retour sanglant à Beni.

Après plus de 9 mois sans aucune attaque de grande ampleur de leur part, les « ADF », présumés-ADF, égorgeurs ou qui qu’ils soient, ont renoué avec la violence à Beni.

Beni; images d'archives (oct.2016)
Beni; images d’archives (oct.2016)

11 morts sur l’axe Mbau-Kamango, 22 personnes kidnappées, 2 soldats de la MONUSCO tués, le « triangle de la mort », épicentre de l’insécurité en territoire de Beni, situé entre Mbau, Kamango et Eringeti, a brutalement renoué avec la violence ces derniers jours. C’est d’abord un convoi de civils qui quittaient Kamango-Nobili pour Beni et Oïcha qui a été attaqué dans la nuit du 8 au 9 octobre par des assaillants identifiés comme des « ADF ». S’ils ont tué 11 personnes au cours de l’attaque, notamment à l’aide d’armes blanches, les rebelles présumés n’ont laissé aucune trace de 22 autres civils, aujourd’hui considérés comme enlevés par leurs agresseurs.

Au lendemain de l’attaque, les FARDC, appuyées par la MONUSCO, ont quadrillé le secteur, fermant notamment la route Mbau-Kamango à la circulation, s’engageant dans d’intenses combats contre les présumés-ADF. Au cours de ces affrontements, ce sont 2 casques bleus qui ont perdu la vie, alors que plusieurs autres ont été blessés lors d’une attaque de leur base menée par les rebelles à Mamundioma. « Les casques bleus blessés ont été évacués à Goma » a ainsi confirmé Stéphane Dujarric, porte-parole de la mission onusienne, lors d’une réunion d’urgence à New York.

Depuis hier, la MONUSCO a déployé ses hélicoptères d’assaut au-dessus de Kamango, alors que sa brigade d’intervention a ostensiblement renforcé sa présence sur l’axe Mbau-Kamango. Au sein de la population, des rumeurs faisaient état d’un retour des rebelles des ADF sur leurs anciennes positions de Madina, perdues en 2014.

Du côté du gouvernement, Lambert Mende a invité la population au calme et à faire confiance aux soldats engagés dans la traque des rebelles. « Nous constatons la résurgence de l’insécurité et du phénomène ADF à Beni où les miliciens s’attaquent aux civils mais aussi aux casques bleus de la Monusco, a ainsi indiqué le porte-parole du gouvernement au micro du site actualite.cd. On a pris toutes les dispositions, et nous demandons à la population de faire confiance aux militaires et d’éviter de pactiser avec l’ennemi pour l’une ou l’autre raison, quelle que soit la communauté ou des problèmes socio-communautaires. Il faut éviter de faire équipe avec l’ennemi, les troupes sont déployées dans la région pour sécuriser la population ».