Actu – Islam : Le djihadisme s’invite dans les discours du vendredi en RD Congo.

Le message a été transmis à tous les imams de la République Démocratique du Congo. Face à la menace, réelle ou envisagée, du djihadisme sur le territoire, l’heure est à la mobilisation au sein de la communauté musulmane congolaise.

Shaykh Madjaliwa Ramadhani (Uvira, Sud-Kivu) dirigeant la prière de l'Aïd (2016)
Shaykh Madjaliwa Ramadhani (Uvira, Sud-Kivu) dirigeant la prière de l’Aïd (2016)

Les musulmans le savent. Il suffit qu’un acte de terrorisme soit commis au nom de l’islam pour que la communauté soit de nouveau ciblée et peut-être même stigmatisée. Du moins, c’est la crainte exprimée par les instances dirigeantes de la Communauté Islamique en RD Congo, qui ont affirmé hier, au cours d’un point presse, leur volonté de se dresser en véritable rempart face à la menace djihadiste qui a resurgit de manière étrange en début de semaine au Congo.

Cette menace, représentée par l’appel au djihad lancé par un mystérieux groupe, Madinat Tawheed wal Muwahideen, ils sont en réalité bien peu à vraiment la prendre au sérieux. Pour de nombreux imams congolais, il ne s’agit-là que d’une nouvelle instrumentalisation du conflit à l’Est du pays ainsi que d’un « montage pour obtenir des financements ». Instable depuis 20 ans, le Nord-Kivu est le foyer de nombreux groupes armés, aussi bien nationaux qu’étrangers, que l’armée régulière, bien que soutenue par les casques bleus de la MONUSCO, n’a jamais réussi à éradiquer. C’est dans cette province instable qu’on suppose que les combattants du MTM auraient choisi de s’implanter afin de prêter main forte aux ADF, à qui ont attribue les massacres commis depuis plus de 3 ans dans le territoire de Beni.

Si de nombreux religieux sont si sceptiques face à l’existence d’un phénomène djihadiste en RDC, c’est parce que les activités des présumés-ADF, ce groupe islamiste venu d’Ouganda, n’ont pratiquement jamais été revendiquées en tant que tel par la rébellion. Chaque massacre, chaque attaque du groupe armé a en effet toujours vu son interprétation être fournie par les autorités, sécuritaires comme politiques. Avec l’appel au djihad lancé par un combattant arabe, dans une vidéo non datée et depuis un lieu inconnu, les imams congolais ont choisi de clarifier leur position en appelant toutes les mosquées du pays à consacrer leurs prêches du vendredi à la prévention contre le terrorisme et à la condamnation des actes de violence perpétrés au nom de l’islam. Le but ? Démontrer que la religion musulmane est étrangère à ces actes de terreur et montrer aux autorités publiques la pleine collaboration de la communauté en ce qui concerne la sensibilisation contre l’influence des groupes armés de tous poils.


 allah-la-patrie-les-ancetres_-banniere-tw