Actu : Moussa Tsivala appelle les musulmans à faire échec à « l’aventure » de Sadr Mondo Moussa et des « kabilistes musulmans ».

Après Shaykh Ali Mwinyi Mkuu (COMICO) et Shaykh Youssouf Djibondo (AACRD Congo), c’est un autre responsable musulman influent qui a mis les musulmans en garde contre Sadr Mondo Moussa et son « alliance des kabilistes musulmans ».

Prévoyant d’organiser une contre-marche pour faire face à la mobilisation anti-Kabila du 25 février, les membres de ce club « musulman » du PPRD se sont attirés les foudres de la quasi-totalité de la communauté musulmane, qui partage très largement les préoccupations des catholiques et du peuple congolais. Craignant de voir la cohésion nationale bafouée par les manœuvres de l’AKAM, Moussa Tsivala, coordonnateur national de la jeunesse islamique en RD Congo, a fait diffuser sur Whatsapp une intervention audio dans laquelle il lance une sévère mise en garde contre les agissement des « kabilistes musulmans » et de leur leader, Sadr Mondo Moussa.

« J’interpelle les musulmans en général et les jeunes musulmans en particulier de rejeter tout appel au nom des musulmans qui est contraire à la position de la COMICO et du représentant légal, qui demande aux autorités publiques de respecter les engagements qu’ils avaient pris lors de l’accord du 31 décembre 2016. Je mets en garde tout usurpateur de l’identité des musulmans qui viserait à discréditer l’ensemble des musulmans congolais en les assimilant tous au PPRD. J’interpelle également l’AKAM, qui n’est pas de l’islam et qui n’est ni de près ni de loin la représentation des musulmans en République Démocratique du Congo. J’appelle aussi monsieur Mondo qui cherche un positionnement au PPRD, et cela il veut le faire sur le dos des musulmans, à cesser de ternir l’image des musulmans qui, d’ailleurs, on des difficultés dans notre pays. Je demande au musulmans d’être vigilants et de ne pas céder à cette macabre situation qui cherche à opposer les musulmans congolais à leurs frères d’une autre confession religieuse sous prétexte d’une marche dite pacifique. Nous réitérons notre soutien et notre attachement aux valeurs de la RDC, de la démocratie, qui prône la liberté de marche, de manifestation et d’expression à toute personne. Que l’image de l’islam soit protégée, le nom des musulmans sauvegardé, et je demande à toutes celles et ceux qui écoutent ce message de le transférer à d’autres afin que le 25 février 2018 les musulmans ne puissent pas suivre cette aventure de l’AKAM ».