Kinshasa : Le Conseil Théologal National appelle à « manifester pacifiquement » au siège de la COMICO le samedi 31 mars à 09h00.

Mécontent des nouvelles mesures prises en assemblée générale par la direction de la COMICO le mois dernier, les imams et oulémas du Conseil Théologal National, qui estiment ne pas avoir été consultés et exclus des discussions, ont lancé un appel à « manifester pacifiquement » au siège de la Communauté Islamique.

Shaykh Ali Muhammed Kitenge (au centre) président provincial du Conseil Théologal Permanent (Kinshasa)
Shaykh Ali Muhammed Kitenge (au centre) président provincial du Conseil Théologal Permanent (Kinshasa)

La tension n’a cessé de s’accroître au sein des instances dirigeantes de la COMICO depuis l’adoption des mesures de réforme de cette dernière il y a un mois. Alors que le Conseil Théologal National, qui regroupe les théologiens et les savants musulmans a été réorganisé, la direction de la Communauté Islamique s’est offerte un délai de 4 ans pour mettre en application la fameuse réforme. Ce délai, il permet surtout à Shaykh Ali Mwinyi, actuel imam représentant légal de la COMICO, dont le mandat expire en 2019, de demeurer à la tête de l’institution 4 ans de plus.

En signe de protestation, les théologiens du Conseil Théologal National ont appelé hier « tous les imams, sheikhs, musulmans et musulmanes » à manifester sous la forme d’un sit-in le samedi 31 mars à 09h00 devant le siège de la COMICO à Kinshasa. Pour justifier sa démarche, l’institution a dénoncé des faits de  « violation des principes et éthique de l’islam; mégestion caractérisée et autres actes répréhensibles contraires au Saint-Coran et à la Sounna du Prophète Muhammad (Paix et bénédiction sur lui); manque de considération des religieux ».

Depuis l’institutionnalisation de l’islam en République Démocratique du Congo, initiée par Mobutu à l’époque du Zaïre, des tensions et luttes d’influence ont opposé la branche des théologiens (shaykhs, oulémas, érudits) aux imams au cursus moins prestigieux, parfois caricaturalement définis comme « laïcs ». Alors que de nombreux musulmans attendaient une alternance à la tête de la COMICO en 2019, les décisions récentes ont rouvert des dissensions à l’issue hautement incertaine à ce jour.


whatsapp-image-2018-03-30-at-01-24-16