Kinshasa – Actu : Le président national du Conseil Théologal Permanent répond à Shaykh Ali Mwinyi et annonce un nouveau sit-in.

En conflit avec le comité directeur de la Communauté Islamique en RD Congo (COMICO), les imams du Conseil Théologal National ont réagi à leur brève arrestation du samedi dernier suite au sit-in organisé au siège de l’institution musulmane. Shaykh Zaidi Ngongo, président national du Conseil Théologal National permanent, en a également profité pour répondre aux récents commentaires de Shaykh Ali Mwinyi sur la situation.

Shaykh Zaidi Ngongo (Conseil Théologal National)
Shaykh Zaidi Ngongo (président national du Conseil Théologal National permanent)

Déclaration de Shaykh Zaidi Ngongo, propos recueillis par Ali Valu :

« A mon avis, le détonateur pour arriver à la situation du samedi 31 mars, ce sont les résolutions de l’assemblée extraordinaire de la COMICO qui s’est tenue ici à Kinshasa du 22 au 27 février. En effet, même si je n’ai pas participé à ce forum, les imams, membres effectifs qui y ont participé, vu les résolutions qui ont été votées, ils se sont sentis injuriés. D’abord il y a eu le nouveau mandat, donc l’actuel comité s’est taillé un deuxième mandat de 3 ans. Les imams se sont demandé pour quel bilan est-ce que ce mandat a été renouvelé. En réalité, ils estiment que le bilan est négatif. Ils auraient voulu attendre que le mandat arrive à son terme, mais ils ont été surpris de voir le comité s’octroyer un nouveau mandat et c’est ainsi qu’ils se sont soulevés. Nombreux sont venus me voir car ils savent qu’en tant que président national du Conseil National Théologal permanent, il est dans mes prérogatives de donner un avis sur la question. C’est ainsi que nous avons organisé une activité pour ce jour-là. Il y a 3 semaines déjà, une manifestation du même type avait été programmée mais l’imam représentant légal nous a demandé de surseoir à cette activité pour que l’on se rencontre. Polis et bien éduqués que nous sommes, nous avons accepté et nous sommes allés le voir.

Il nous a dit que le texte n’était pas encore terminé, qu’il était encore au stade de toilettage et que le Conseil Théologal n’était pas abolit. Nous lui avons dit que nous souhaitions avoir accès au texte de manière à voir si le contenu était conforme au Coran et à la Sunnah car officiellement c’est nous qui devons nous prononcer. Il nous a promis qu’il nous enverrait une copie, mais nous avons appris que curieusement, le texte avait déjà été envoyé aux services de l’Etat pour être notarié, et cela sans notre avis. C’est là que nous avons voulu rassembler les imams et leur expliquer, leur parler de la situation. C’est là qu’une fois arrivés devant le siège, nous avons trouvé les forces de police qui étaient déjà déployées. Ils ont appréhendé les imams et les fidèles qui étaient là, quelques minutes après l’interrogatoire ils nous ont relâché.

Le Conseil Théologal en tant qu’organe régulateur a pris la décision d’organiser un forum d’échange pour finaliser la réforme des institutions de la Communauté. Au cours de ce forum nous avons fait appel à tout le monde, aux membres de tous les organes, qui ont siégé à ce forum inauguré et clôturé par l’imam représentant légal. Au cours de ces travaux, les résultats ont été félicités par tout le monde, par tous les participants, et notre démarche a été saluée par tous. Nous avons préparé les résultats de ce travail mais malheureusement nous sommes allés vite en besogne… il y a eu le conseil national, l’assemblée, et finalement on a négligé les efforts que nous avons abattu.

Shaykh Ali Mwinyi a parlé des injures, de l’incompréhension des imams, de quelle mouche nous avait piqué, ça ce sont des insultes à l’endroit des imams… Moi, en tant qu’imam et les imams que je dirige, nous n’insultons ni n’injurions pas les gens. Qu’il sache que ce qui a amené les imams à se soulever, c’est surtout le fait de s’octroyer un nouveau mandat, je répète : pour quel bilan après près de 4 ans ? Et puis même ce changement de nom (du Conseil Théologal National, ndlr) vous ne pouvez pas l’amener sans que les ayant-droits soient présents. Ce n’est pas normal.  La moindre des choses qu’il aurait pu faire, c’est avant d’aller faire valider ces textes auprès du notaire, c’est les soumettre à l’organe régulateur pour qu’on puisse émettre notre avis.

Nous comptons renouveler notre opération de sit-in le vendredi 6 avril afin de faire passer notre message. Nous demandons à l’imam Ali Mwinyi, qui est des nôtres, c’est un imam, on ne le conteste pas, mais on lui demande de s’impliquer dans notre action. »


L’imam Abdoul Ngomakosi, présent aux côtés de Shaykh Zaidi Ngongo, a appelé les musulmans à se rassembler face au siège de la COMICO à l’issue de la prière du vendredi 6 avril afin de « manifester pacifiquement en faisant des takbirs ».