Grands Lacs – Ouganda : Début des audiences de Jamil Mukulu, leader historique des ADF.

Les audiences précédant le procès du chef de la rébellion ougandaise des Allied Democratic Forces (ADF) se sont ouvertes aujourd’hui à l’High court’s International Crimes Division de Kampala.

C’est sous d’impressionnantes conditions de sécurité que Jamil Mukulu et une trentaine de suspects, tous affiliés aux ADF, ont été présentés ce matin à la Cour pour répondre aux accusation de terrorisme, de meurtre et de vol aggravé auxquelles ils font face. Les chevilles et les poings enchaînés, Jamil Mukulu, dont la famille a assisté à l’audience, a clamé qu’il n’était « pas un meurtrier » en répétant que « les vrais meurtriers sont l’Etat, ceux qui tuent sont dans ce pays, ce pays est infesté par la mafia ».

Les chefs d’inculpation retenus contre le leader des ADF vont du terrorisme au crime contre l’humanité, ou encore de la tentative de meurtre à l’appartenance à une organisation terroriste. L’audience qui s’est tenue se matin devrait aboutir à l’ouverture d’un procès, qui pourrait intervenir d’ici un mois, d’après les médias ougandais.

Jamil Mukulu est notamment accusé, en tant que chef de la rébellion des ADF, d’être responsable des massacres qui endeuillent l’Est de la RDC depuis 2013, en particulier dans le territoire de Beni, où plus de 1000 personnes ont été tués depuis 5 ans.