Actu – Kinshasa : Shaykh Ali Mwinyi appelle au calme tout en réaffirmant son autorité.

Face à l’actualité tendue au sein de la communauté musulmane congolaise, Shaykh Ali Mwinyi a tenu hier à appeler au rassemblement et au calme. Alors que Shaykh Zaidi Ngongo a été proclamé mufti de la RDC par ses pairs, l’imam représentant légal de la COMICO a également réaffirmé son autorité, assurant que l’institution islamique n’avait pas été dédoublée.

Shaykh Mouhammad Bulelo et Shaykh Ali Mwinyi (03/06/2018)
Shaykh Mouhammad Bulelo et Shaykh Ali Mwinyi (03/06/2018)

C’est un Shaykh Ali Mwinyi serein qui a évoqué hier la situation de crise que connaissent les musulmans de Kinshasa depuis plusieurs semaines. Alors que l’imam en chef de l’entité islamique de la ville de Kinshasa, Shaykh Saidi Kamba, a convoqué hier les imams des régions islamiques de Kinshasa, le comité directeur de la Communauté Islamique en RD Congo a également été convié aux discussions qui se sont tenues au siège de l’association. À noter que sur l’ensemble des imams conviés par les dirigeants de la COMICO, seule une minorité s’est présentée au siège de l’association, la plupart des imams et théologiens de la capitale ayant rallié la cause de l’imam Zaidi Ngongo. C’est alors que Shaykh Ali Mwinyi a pris la parole pour évoquer le respect dû aux autorités islamiques en place et reconnues comme telles par les statuts de la COMICO. Il a également mis en avant les Textes religieux invitant les musulmans au respect de leurs leaders et guides spirituels.

Face aux imams présents au siège de la COMICO, Shaykh Ali Mwinyi s’est montré rassurant, indiquant qu’il était bel et bien la seule autorité islamique faisant foi sur le territoire de la République en tant qu’imam représentant légal de la COMICO. Secrétaire général de la Communauté Islamique, Shaykh Idriss Katenga a également pris la parole pour assurer qu’il était hors de question que la communauté musulmane passe une fin de mois de ramadan dans la division. Enfin, toutes les composantes de la COMICO, imams, shuyoukh, association des femmes et de jeunes, ont été appelées à ne reconnaître que Shaykh Ali Mwinyi comme responsable des musulmans de la RD Congo.