Kinshasa : Le ministre de la justice s’empare du conflit entre les imams de la COMICO et du Conseil Théologal.

ceni-tambwe-mwamba-2

Le conflit opposant le comité directeur de la Communauté Islamique en RD Congo aux anciens membres du Conseil Théologal National Permanent a connu un nouveau tournant cette semaine avec l’implication du ministre de la justice, Alexis Thambwe Mwamba.


Après plusieurs reports, les différentes parties ont été convoquées ce lundi 16 juillet au ministère de la justice. Alexis Thambwe Mwamba, après avoir auditionné aussi bien les membres du comité directeur de la COMICO que leurs adversaires du Conseil Théologal, a décidé d’annuler les statuts votés en février par la COMICO et récemment publiés dans le Journal Officiel. Ces statuts, qui prévoyaient notamment la dissolution du Conseil Théologal et la prolongation du mandat de l’imam représentant légal, Shaykh Ali Mwinyi, constituaient le véritable élément déclencheur du conflit. Ainsi, le ministre a renvoyé dos à dos les deux entités en leur demandant de se réunir en assemblée générale afin de voter de nouveaux statuts acceptables par tous.

« Nous avons été reçus par le ministre de la justice, nous avons exposé notre problème et il a écouté les deux parties, a ainsi expliqué Shaykh Youssouf Djibondo, membre du Conseil Théologal National. Il a annulé les statuts de la COMICO, donc aujourd’hui personne n’est en légalité. Le comité directeur et le Conseil Théologal doivent maintenant travailler en synergie pour présenter un plan de réforme en assemblée générale, sous la supervision du ministère de la justice. Donc pour le moment, personne n’est légitime, et nous allons continuer à collaborer avec le ministère pour parvenir à un accord. »

Du côté de la COMICO, on confirme l’arbitrage effectué par le ministre, en assurant qu’aucune suspension n’a été décidée contre une institution de la Communauté Islamique, contrairement à ce qu’affirmaient certaines rumeurs sur les réseaux sociaux.

« Le ministre a demandé aux deux parties en conflit de se réunir et de modifier les statuts à problème, explique ainsi l’imam Himidi Simba, de la région islamique de la Funa (Kinshasa). Il a de son côté annulé les résolutions de l’assemblée tenue par la COMICO en février 2018. Aucune institution de la COMICO n’a été suspendue, et d’ailleurs cela n’entre pas dans les compétences du ministre, donc nous ne sommes pas suspendus ».


Reste désormais à savoir quand est-ce que les imams de la COMICO et du Conseil Théologal se réuniront en assemblée pour tenter de trouver un terrain d’entente et un accord pour ainsi mettre fin à un conflit de près de 6 mois.