Kinshasa – Islam : L’impressionnant coup de force des imams contre le siège de la COMICO.

En conflit depuis des mois avec le comité directeur de la Communauté Islamique en RD Congo (COMICO), les imams de l’ancien Conseil Théologal National ont mené une action impressionnante contre le siège de l’association.

Le siège de la COMICO occupé par les imams

Avec à leur tête Shaykh Zahidi Ngongo Amani, qu’ils ont intronisé au poste de mufti il y a 5 mois, les imams de Kinshasa et leurs fidèles ont investi hier matin les locaux de la COMICO, décidés à « purifier » les lieux des mauvaises actions qui y auraient été commises. Car en plus de reprocher à Shaykh Ali Mwinyi et à son équipe une mauvaise gestion des intérêts des musulmans congolais, les partisans de Shaykh Zahidi Ngongo Amani mettent en cause des écarts de comportements contraires à l’islam, invalidant selon eux la légitimité des dirigeants actuels. En ce vendredi, la prière du Jumu’a a été accomplie au siège de la COMICO, que les imams ont décidé d’occuper jusqu’à ce que les instances actuelles reconnaissent l’autorité de Shaykh Zahidi Ngongo Amani, dont les fonctions de mufti n’ont jamais été validées par la loi.

En début de soirée, des témoins faisaient état de l’envahissement des bureaux de la COMICO par « des éleveurs venus demander l’argent de leurs vaches ». Les imams de l’ancien Conseil Théologal indiquent, depuis le début de leurs actions, que des faits de corruption et de détournement de fonds ont été constatés au siège de la COMICO. Il est cependant bon de préciser qu’aucune enquête de police n’a été menée et qu’aucune de ces accusations n’est pour l’heure confirmée sur base juridique.


Shaykh Ali Mwinyi en déplacement

Imam représentant légal de la COMICO, Shaykh Ali Mwinyi était bien loin de Kinshasa au moment où ses bureaux étaient investis par ses adversaires politiques. Tout d’abord au Katanga, où il visitait les chantiers engagés sur différentes mosquées de Lubumbashi, en compagnie de partenaires venus d’Oman. L’imam devait par la suite se rendre à Kisangani, dans la province de la Tshopo, où les investisseurs omanais pourraient s’engager en faveur de la restauration de la mosquée historique de la ville. Pour l’heure, même s’il est au courant des actions menées contre la COMICO à Kinshasa, Shaykh Ali Mwinyi ne s’est pas exprimé publiquement sur la situation.


À l’approche des échéances électorales, les « théologiens » s’estiment plus légitimes que es imams en place pour mener la communauté musulmane au devant d’enjeux cruciaux pour l’avenir de l’ensemble des congolais. Reste désormais à savoir quel parti prendra le ministère de la justice, ministère de tutelle des affaires religieuses, lui qui s’est jusque-là engagé a minima, invitant les différentes factions à présenter une solution viable et équitable pour les musulmans de Kinshasa.