Shaykh Ali Mwinyi – Ebola : « A notre connaissance, la communauté musulmane a pour le moment été épargnée par le virus ».

Le virus Ebola qui sévit depuis un an à l’Est de la République démocratique du Congo a valu à la communauté musulmane du pays d’être privée de l’édition du Hajj 2019 par les autorités saoudiennes. Réagissant à cette décision, Shaykh Ali Mwinyi, imam représentant légal de la Communauté Islamique en RDCongo (COMICO), a par ailleurs indiqué qu’aucun cas n’avait pour l’heure été détecté parmi les musulmans vivant dans les zones à risque.

La prière de l'Aïd Al-Fitr 2016 à Beni (Nord-Kivu)
La prière de l’Aïd Al-Fitr 2016 à Beni (Nord-Kivu)

« De mon point de vue, la mesure prise par l’Arabie Saoudite est tout à fait normale, partant du principe islamique qu’il vaut mieux prévenir que guérir », déclare ainsi Shaykh Ali Mwinyi. « Imaginez-vous si une personne atteinte du virus, qui ne sait pas encore qu’elle est malade, arrive en Arabie Saoudite aux côtés de millions de pèlerins avec lesquels elle entrerait en contact, cela serait terrible pour les musulmans du monde entier. Nous estimons donc que cette mesure est tout à fait normale et que c’est une mesure salvatrice. Celui à qui Dieu peut faciliter une nouvelle fois, alors il effectuera son Pèlerinage l’année prochaine. »

Évoquant la situation des musulmans vivant dans les régions concernées par le virus Ebola (Ituri, Nord-Kivu), Shaykh Ali Mwinyi a fait le rapprochement entre les ablutions islamiques effectuées plusieurs fois par jour par les fidèles et les mesures d’hygiène prônées par l’OMS pour lutter contre le virus Ebola. A ses yeux, les précautions prises par les musulmans dans le cadre de leurs rituels les prémunissent pour le moment de manière efficace contre l’épidémie.

« Au sujet des musulmans congolais vivant à l’Est du pays, nous n’avons pour l’heure pas recensé un seul cas de virus Ebola. Nous, musulmans, nous pratiquons vraiment notre islam comme le Prophète nous l’a inculqué, et c’est difficile pour nous d’attraper, je ne dis pas impossible, mais difficile pour un musulman d’attraper ce type de virus s’il pratique réellement ce qui est recommandé par la religion. »

Sévissant depuis maintenant 1 an dans le pays, le virus Ebola a causé la mort de 1 800 personnes d’après l’OMS.