Coronavirus: La COMICO confirme les rites d’exception pour les victimes musulmanes de l’épidémie.

Alors que la RDC est touchée par l’épidémie mondiale du covid-19, la Communauté islamique en République démocratique du Congo (COMICO) a confirmé le bouleversement des rites funéraires à observer en cas de décès d’un musulman atteint par le virus. Très précise sur le sujet, la religion musulmane prévoit en effet des mesures exceptionnelles pour éviter tout risque de contamination.

Shaykh Ali Mwinyi

« Les musulmans qui ont succombé au covid-19 ne peuvent pas recevoir de lavage mortuaire, ni de manière classique, ni par le biais du tayammum (ndlr; ablutions sèches) car un grand risque de contamination existe », explique l’imam Ali Mwinyi. « Ces défunts doivent donc être enterrés sans lavage, et la prière mortuaire qui est habituellement faite en groupe devra à présent se faire séparément avec ce que l’on appelle salâtul-ghâ’ib (ndlr; la prière de l’absent). »

A l’approche du mois de ramadan, qui outre le jeûne qui y est observé, est traditionnellement rythmé par les prières nocturnes du Tarawih, effectuées en groupe dans les mosquées, Shaykh Ali Mwinyi a confirmé que les lieux de culte resteraient fermés, invitant les fidèles à continuer à prier chez eux.

« Le président de la République a annoncé des mesures préventives que nous nous devons de respecter scrupuleusement jusqu’à nouvel ordre. Il n’y aura donc pas de prière de Tarawih mais rien n’empêche les musulmans de l’observer chez eux, individuellement ou avec leurs familles, et de préférence en respectant les distances de sécurité sanitaire, c’est à dire 1 mètre, entre chacun des fidèles. »

D’après le dernier bilan, 287 cas ont été confirmés en RDC pour 23 décès et 25 guérisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Social profiles