valls

Présent à Strasbourg aujourd’hui dans le cadre d’un déplacement consacré à l’Islam de France, Manuel Valls s’est exprimé sur les exigences et les attentes de l’Etat en ce qui concerne la formation des imams exerçant sur le territoire.

« La montée des populismes, de l’extrême droite en Europe et dans notre pays s’alimente bien-sûr aussi de la monté du djihadisme, du terrorisme et de l’islamisme radical. Au fond ces deux extrémismes se nourrissent l’un l’autre et représentent un danger majeur pour notre démocratie, a ainsi déclaré le Premier Ministre à l’université de Strasbourg. La seule réponse, la seule, à ces deux dangers qui se nourrissent l’un de l’autre c’est la République. La seule réponse, c’est la laïcité, c’est l’éducation, c’est l’université, c’est le savoir, c’est l’intelligence, c’est la capacité de vivre ensemble. »

Des imams formés de manière obligatoire à la laïcité ?

Le Premier Ministre, actif aussi bien sur le front de « l’Islam de France » que dans sa lutte contre un Front National qui a le vent en poupe à l’approche des élections départementales, a déclaré vouloir s’attaquer à tout ce qui « retardait » l’Islam de France. Ainsi, Manuel Valls veut s’assurer que les futurs imams reçoivent la formation la plus conforme possible aux valeurs chères à la République, quitte à rendre celle-ci obligatoire : « c’est un passage qui doit devenir incontournable, je devrais presque dire obligatoire » a-t-il ainsi martelé.

 Le chef du gouvernement a enfin tenu à assurer que l’Etat n’avait pas vocation à s’ingérer dans les affaires islamiques : « Il faut être très clair: l’Etat ne s’occupera pas de théologie. Il n’y aura pas de loi, il n’y aura pas de décret, pas de circulaire pour dire ce que doit être l’islam, a-t-il promis. Il n’y aura pas de tutelle, pas de privilège particulier. Jamais l’Etat ne prendra le contrôle d’une religion, d’un culte. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *