réfugiés

Des milliers de réfugiés Centrafricains se sont installés dans le nord-est de la RDC après avoir fui leur pays en guerre. Confrontés à la malnutrition, leur situation a poussé Médecins Sans Frontières à tirer la sonnette d’alarme.

« La majorité de ces réfugiés dépend largement de la générosité de la population locale, elle-même démunie », explique MSF à travers un communiqué. « L’accès à la nourriture et à l’eau potable est limité pour tous. Ces conditions de vie précaires entraînent une problématique de malnutrition et de recrudescence de maladies hydriques. »

Certains réfugiés parviennent à se nourrir en travaillant pour la population locale, contre une rétribution à peine vivable : « Parfois, je travaille un jour pour la population locale et en échange je reçois des feuilles de manioc pour nourrir ma famille », a témoigné une réfugiée de 73 ans à MSF, présente depuis mai 2013 en RDC. « Nous mangeons ce que nous pouvons, mais on mange principalement des feuilles de manioc. Parfois nous restons un ou deux jours sans rien à manger. »

D’après le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU (HCR) le nombre des réfugiés est évalué à 20.000 environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *