depravation

Le phénomène saute aux yeux, et interroge la population de Kinshasa sur ce qu’est devenue la société Congolaise : les rues de la capitale sont de plus en plus investies par de jeunes femmes aux tenues jugées trop aguicheuses, voire impudiques.

Les dérives de l’occidentalisation vestimentaire

Mais où sont donc passées les Kinoises qui, autrefois, portaient fièrement le pagne et ne dévoilaient que raisonnablement, et avec dignité, des parties limitées de leur corps, telles les épaules et le cou, voire les bras ? Aujourd’hui, dans la capitale de la République Démocratique du Congo, les tenues traditionnelles se raréfient auprès des plus jeunes générations, qui privilégient désormais le style vestimentaire occidental, jusque dans ses formes les plus dérangeantes.

« Je ne comprends pas les filles de Kin…Est-ce que c’est de la faute de la diaspora en Occident qui leur envoie ce type de tenues ? Ou pour ressembler aux filles blanches ? Est-ce que ce sont les séries TV qui les influencent ? s’interroge un passant de Kinshasa. Elles sortent avec des parties du corps dénudées, des tatouages, des jupes bien trop courtes, les parents n’ont plus aucune autorité pour les laisser sortir ainsi. En fait, notre culture Africaine à nous, avec le pagne, par exemple, on la voit de moins en moins. »

La pauvreté en cause ?

Avec la pauvreté qui touche une large partie de la population Kinoise, certaines jeunes femmes éprouvent de réelles difficultés à se marier. Certains interprètent donc leurs excentricités vestimentaires comme le moyen ultime d’attirer l’attention et de susciter l’intérêt auprès de la gent masculine.

Autre problématique; au sein de certains foyers, seule la fille de la maison travaille et subvient ainsi aux besoins de ses parents. Ceux-ci, dépendants entièrement de son activité, apparaissent souvent comme démunis, ne disposant plus de l’autorité nécessaire pour l’empêcher de se vêtir de la sorte. Mais dans la plupart des cas, c’est bien la volonté de plaire aux hommes qui est avancée pour expliquer ces nouveaux comportements féminins, qui provoquent un choc culturel auprès de Congolais plutôt habitués à voir les danseuses de certains musiciens peu recommandables se vêtir de la sorte. Loin d’être séduits par cette tendance, la plupart des Congolais apparaissent au contraire choqués et indisposés par ce qu’ils estiment être de la dépravation pure et simple.

« Aujourd’hui, on voit nos soeurs Congolaises sortir quasiment nues : les seins à l’air, les fesses à l’air, ce n’est pas convenable qu’elles s’habillent comme ça, ce n’est pas propre, témoigne un autre Kinois. Le corps de la femme, lorsqu’elle se respecte, elle le cache. Je pense que c’est celle qui cache son corps qu’on essaie d’épouser, pas celle qui s’expose à tous, pour moi ça c’est une femme publique. Il faut que ces femmes là reviennent à la culture Congolaise, en portant un beau pagne, car nous sommes des Africains et pas des Européens. »

One thought on “RD Congo / Société : L’impudicité vestimentaire des Kinoises choque la population.”
  1. occupons nous, d’abord a la reconstruction du pays et a la vie sociale de la population,nous verrons que les tenus jugées trop aguicheuses, voire impudiques. vont cessé sans effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *