pluies kinshasa

En octobre 2006, le président Joseph Kabila lançait ses fameux « 5 chantiers », sensés améliorer le quotidien des Congolais. Près de 10 ans après, la pluie continue pourtant à faire des dégâts dans Kinshasa.

Les infrastructures (routes, rails, ponts), la création d’emplois (qui passe par les investissements), l’éducation (les écoles et les universités sont à reconstruire), l’eau et l’électricité, la santé. Tels étaient les 5 chantiers prioritaires de Joseph Kabila, ceux sur lesquels le chef de l’Etat a toujours souhaité axer son mandat présidentiel.

Sauf qu’aujourd’hui, on est bien loin des résultats escomptés, notamment en matière d’infrastructures. En effet, la capitale de la RDC est toujours aussi vulnérable pendant la saison des pluies, et les Kinois paient au prix fort, parfois même au prix de leurs vies, la pauvreté des infrastructures routières.

« Ici, ils ne nous ont pas fait de caniveaux, se plaint ainsi un habitant du quartier populaire de Matonge, dans la commune de Kalamu (Kinshasa). Les trottoirs n’ont pas de bordures pour évacuer l’eau. C’est pourquoi lorsqu’il pleut, la chaussée et les trottoirs sont inondés, donc nous demandons au gouvernement de nous faire des caniveaux. »

Un propos nuancé par un autre habitant de Matonge : « Si, il y a bien des canalisations, mais le problème c’est qu’elles ne sont pas entretenues, témoigne-t-il ainsi au micro de Congo Mikili. Je crains que pour leur entretien, il ne faille détruire des logements dans le quartier. »

Dans la commune de Kalamu, comme à bien d’autres endroits de la capitale, chaque période de pluies s’accompagne des mêmes scènes de désolation : Les motocyclettes et les voitures qui fendent de véritables lacs formés aux croisements des avenues, et des piétons les pieds dans l’eau, risquant leur vie à proximité d’installations et de câbles électriques usés ou installés à la va-vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *