tintin

Les Congolais se souviennent de la polémique ayant entouré l’album « Tintin au Congo », truffé de stéréotypes et de clichés racistes, et retirés des rayons en 2007.

Aujourd’hui, c’est « Tintin en Amérique » qui est ciblé par des habitants de Winnipeg (Canada), accusé de véhiculer des stéréotypes sur les amérindiens, les qualifiant notamment de « peaux-rouges » dans l’album, un terme qui renvoie aujourd’hui aux théories de suprématie blanche et de colonialisme. Les plaignants, qui s’estiment insultés, ont demandé à la librairie Chapters de retirer le livre de ses rayons. Celle-ci, si elle s’est exécutée, les a remis en vente dès lundi : « La direction de Chapters a expliqué qu’un livre était retiré des rayons seulement s’il incitait à la violence, s’il contenait de la pédophilie ou s’il présentait des instructions sur la fabrication d’armes », explique-t-on sur Radio Canada.

Sur les ondes de cette même radio, Leslie Spillet, l’une des plaignantes, explique sa démarche à l’encontre de « Tintin en Amérique » : « Je crois que ça alimente les stéréotypes. Les Indiens sont présentés comme des êtres sauvages et dangereux, des êtres que l’on doit craindre, tandis que Tintin apparaît comme un être sans défense. »

Aujourd’hui encore, les Indiens d’Amérique continuent de subir quotidiennement le racisme, et se plaignent d’être marginalisés socialement, aussi bien au Canada qu’aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *