pasteur Kas

Responsable de l’Eglise Primitive à Kinshasa, le très médiatique pasteur Pierre Kasambakana a célébré le mois dernier son union avec sa neuvième épouse. Fervent adepte de la polygamie, l’homme d’église pourrait très bien ne pas s’arrêter en si bon chemin.

« On peut épouser même 1000 femmes, comme le Roi Salomon, assurait le pasteur il y a quelques temps sur les plateaux TV Congolais. Cela dépend des moyens de la personne et de son choix, mais on ne peut pas empêcher quelqu’un de se marier, comme cela se fait chez les catholiques : On défend aux prêtres de se marier, mais ils prennent les femmes d’autrui », soutenait notamment le pasteur.

Au sein de l’Eglise Primitive, les parents de certaines filles peuvent être contraints à donner celles-ci en mariage au pasteur. Tout refus est synonyme de malédiction divine dans l’esprit des adeptes de l’église. Une croyance dont semble parfaitement tirer profit le pasteur Kasambakana, qui a une lecture presque exclusivement polygame des textes Bibliques.

« Les pasteurs qui prônent la monogamie sont de faux pasteurs, considère notamment le responsable de l’Eglise Primitive de la commune de Lingwala à Kinshasa. Si vous lisez dans la Bible, on n’a pas interdit d’avoir plusieurs femmes. Si quelqu’un vous dit que la Bible n’enseigne pas la polygamie, sachez que c’est un démon ! »

En RDC, la loi consacre uniquement la monogamie, mais n’exerce aucune contrainte sur les questions de religion et de foi. Ne reconnaissant qu’une seule union légale, la loi congolaise considère les autres épouses comme des concubines ne disposant d’aucun droit matériel ni immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *