musulmans

Une conférence s’est tenue au Kenya, où 300 jeunes Musulmans de tendance soufie ont dénoncé le terrorisme d’Al Shabaab en Afrique de l’Est, mais aussi de Boko Haram.

La conférence, qui s’est étalée sur deux jours au Centre islamique soufi al Mahmudiyah Sufi de Mackinnon (côte sud du Kenya), a réuni des participants venus de Tanzanie, de Somalie, d’Éthiopie, d’Ouganda et de la République démocratique du Congo, qui se sont engagés à  « se joindre à leurs gouvernements respectifs pour combattre les idées de l’extrémisme propagées par des groupes prétendant se battre au nom de l’islam ».

Les différents participants ont également insisté sur l’importance du rôle de l’éducation, et la nécessité de prévenir contre les idées extrémistes et sectaires, qui trouvent notamment leur public à cause de la misère dans ces régions.  « Le chômage, l’injustice sociale, le manque d’éducation disposent les gens à être égarés ».

« Nous devons mettre en place un programme d’enseignement religieux qui fait place aux valeurs des autres croyances religieuses », a ainsi estimé Mohamed Elmi, secrétaire de l’organisation groupant les Soufis d’Afrique de l’est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *