DKM Paris

Salâm ‘Alaykoum !
Jambo !
Mboté na bino nionso !
Mboté na beno !
Moyo wenu bonso !
Bonjour à tous !

Être choqué et solidaire de la souffrance du peuple Français ne signifie pas que l’on renie ou qu’on feint d’ignorer la douleur et la misère dans notre pays d’origine, la République Démocratique du Congo.

Depuis les événements du vendredi 13 novembre 2015, nous recevons énormément de messages (parfois très virulents) de personnes qui souhaitent voir une mobilisation internationale en faveur de Beni (Nord-Kivu) à la hauteur de ce qu’ont suscité les attentats à Paris. Volontairement ou non, par patriotisme aveugle sûrement, certains congolais sont entrés dans une funeste compétition victimaire, et voilà notre problème.

Incapables de nous mobiliser par nous-mêmes et pour nous-mêmes, nous mendions, quasiment depuis notre accession à l’Indépendance, les larmes, l’émotion, la compassion d’une communauté internationale qui a manifestement bien d’autres priorités. Mais nous, en RDC, où en sont nos actions concrètes sur le terrain ? Où en sont nos campagnes de sensibilisation sur les violences sexuelles ? Où en sont nos organismes de prise en charge des enfants des rues ? Où en est notre médiatisation à l’échelle nationale de la situation à Beni ? Qui soutient nos associations de protection des Virunga ? Qui s’organise contre le pillage de nos minerais ? Où était le lobby qui aurait du porter et propulser le Docteur Denis Mukwege vers un Prix Nobel de la Paix 2015 qu’il aurait tant mérité ? Où sont les groupes de soutien aux FARDC qui, pour des salaires peu glorieux, risquent leur peau tant bien que mal pour la sécurité du pays ? En quoi la communauté internationale ferait-elle mieux ce que les congolais sont à même de faire par eux-mêmes, si seulement nous nous en donnions les moyens ?

Des femmes et des hommes de courage, des médecins, des activistes, des vétérinaires dans les Virunga, des enseignants, des militaires sincères et droits, des congolais de la société civiles sont engagés sur le terrain, nombreux inondent les réseaux sociaux et essaient de faire avancer les choses à leur échelle, mais ils sont bien trop seuls. Dans notre grande majorité, nous préférons débattre sur les boutons de manchette de tel ou tel musicien, attribuer absolument tous les malheurs du monde, soit aux politiques, soit aux sorciers, en continuant d’engraisser quelques pasteurs véreux au détriment d’associations vaillantes et de causes nobles et valorisantes pour la RDC. Telle est notre situation, nous, les premiers exportateurs des clichés véhiculés dans le monde entier sur les congolais.

Attendre d’autrui ce que nous sommes si peu prompts à entreprendre ou à soutenir par nous-mêmes, voilà notre malheur. Ainsi, au lieu d’envier la vague mondiale de soutien à l’attention des victimes françaises en espérant un jour susciter une telle compassion pour nos morts à Beni, que chacun de nous cherche comment s’investir personnellement en faveur de la RDC afin de susciter, par nos efforts et nos actions, l’agrément de Dieu et l’admiration du monde entier.

Pour terminer, sachez que DKM est actuellement en contact journalier avec nos frères et soeurs de Beni, et qu’un dossier consacré à leur situation sera publié sur le site très prochainement, inchaAllâh.

Que Dieu vous bénisse,
et que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *