TerritoireBeni

12 personnes au moins ont été tuées à la machette ce lundi matin dans le territoire de Beni, en proie aux exactions du groupe ADF-Nalu depuis près de 2 ans.

Le groupe armé d’origine ougandaise est une nouvelle fois désigné comme l’auteur présumé du massacre qui a eu lieu ce matin dans le petit village de Mamabio, situé à 50 kilomètres au nord de la ville de Beni. Interrogé par Reuters, Amisi Kalonda, l’administrateur local, a confié que les corps avaient été retrouvés à différents endroits du secteur, et que les rebelles avaient également pris d’assaut et saccagé le centre de santé.

Depuis octobre 2014, des centaines de personnes ont été massacrées par le groupe rebelle ougandais des ADF-Nalu, présent depuis des années sur le territoire de Beni. De nombreuses voix s’élèvent cependant pour dénoncer l’implication et la complicité d’éléments locaux, qui profiteraient du chaos sécuritaire dans la région pour « régler » leurs conflits coutumiers.

Alors que les ADF sont considérés comme des islamistes, les leaders musulmans du Nord-Kivu et de l’Ituri contestent l’appartenance à l’islam de ce groupe, et œuvrent sur le terrain pour qu’aucun amalgame ne soit fait entre leurs exactions et la population musulmane locale, elle aussi victime de ces rebelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *