Aziza Aziz-Souleyman. Médecin. Experte sur la santé reproductive, la promoton du Genre et la lutte contre les GBV
Aziza Aziz-Suleyman. Médecin. Experte sur la santé reproductive, la promotion du Genre et la lutte contre les GBV

Médecin, mère de famille, musulmane, activiste, viscéralement patriote, Aziza Aziz-Suleyman livre une bataille de tous les instants pour les droits de la femme dans la région des Grands Lacs. Portrait.

Entre Bukavu et Bujumbura, en passant par Kigali, cette militante congolaise se consacre depuis plus de dix ans à ces femmes qui sont devenues les premières victimes et les cibles privilégiées des conflits armés qui agitent la région des Grands Lacs. Par la médecine, sa spécialité, mais également par le dialogue, les échanges, la sensibilisation et l’activisme, Aziza Aziz-Suleyman se bat pour que soient pleinement considérés et respectés les droits les plus basiques des habitantes de cette véritable poudrière régionale. Experte en matière de santé reproductive, elle est devenue l’un des nouveaux visages de la lutte contre les violences basées sur le genre, dans le sillage du Docteur Denis Mukwege, lui aussi « fils des Grands Lacs », une région pour laquelle elle a donc décidé de s’investir corps et âme, comme une suite logique à sa formation. « Je dispose d’un diplôme en médecine, chirurgie et accouchement (ce qui veut dire que je suis médecin) et ai acquis un master en santé publique, option Santé Communautaire, explique-t-elle sur son blogDepuis 2012 je travaille avec la Coopération Suisse (DDC) , dans la Région des Grands Lacs en Afrique, où je suis coordinatrice adjointe au programme psychosocial Régional, mis en oeuvre au Burundi, au Rwanda et au sud Kivu (RD Congo). »

Engagée contre les violences sexuelles, aussi bien domestiques qu’utilisées comme arme de guerre, le Docteur Aziza Aziz-Suleyman combat également la violence exercée contre l’éducation des femmes dans la région des Grands Lacs : Soutenir, encourager et accompagner les structures locales sur le terrain de l’alphabétisation des femmes, afin que celles-ci puissent apprendre leurs droits et enfin les revendiquer. Les guerres successives, mais aussi les situations de grande pauvreté, auront longtemps empêché ces femmes d’avoir accès à l’éducation. Dans une région où le slogan « Bila elimu akuna amani » (sans savoir, pas de paix) prend tout son sens, l’alphabétisation pourrait notamment permettre de briser certains sujets encore tabous, comme celui des maladies sexuellement transmissibles, autre cheval de bataille de notre Docteur aux multiples casquettes :

« De tous temps, j’ai toujours été activiste dans la lutte contre le VIH, la promotion du genre et l’éradication des violences basées sur le genre, rappelle-t-elle. Ainsi, j’ai animé et coordonné une ASBL (association sans but lucratif, ndlr) locale nommée TUMAINI lorsque j’étais encore étudiante en faculté de médecine, j’ai fait (et continue de le faire en accord avec mes obligations ) des consultances pour des ONG locales et internationales, je suis formatrice nationale sur le Dispositif Minimum d’Urgence. Je suis membre de divers groupes de travail, et de plusieurs ONG comme le Réseau des Femmes Médecins pour le Développement Intégral, SOS Justice, etc,… où j’aide à monter des projets, mener des évaluations et offrir mon expertise si requise. »
Sur tous les fronts, la « femme-médecine » des Grands Lacs n’en est pas moins investie dans l’actualité politique de la République Démocratique du Congo. Militante acharnée, elle plaide ouvertement, depuis plusieurs mois maintenant, pour la tenue d’élections démocratiques et une alternance pacifique à la tête du pays à la fin de l’année 2016. Celle qui ne sait que trop bien combien sont douloureuses les blessures de la guerre, et combien est encore précaire la situation sécuritaire dans la région, veut pourtant voir l’avenir avec optimisme, car « on ne fait pas que pleurer dans les Grands Lacs, on s’entraide et on avance. Petit à petit mais on avance ».
.
[Suivre le Docteur Aziza Aziz-Suleyman sur Twitter]
.
Grands Lacs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *