Shaykh Kasongo Assumani

Présent en Egypte depuis la fin de l’année 2015, le Shaykh Assumani Kasongo, chef de l’entité islamique du Sud-Kivu, était l’invité de Nile TV, où il s’est exprimé sur le climat d’insécurité qui règne en République Démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs.

.

Invité à réagir sur le sommet des ministres de la défense des pays africains, qui se tient actuellement à Sharm El Shaykh, l’imam congolais est revenu sur la situation sécuritaire de la RDC et l’instabilité de ses voisins des Grands Lacs. Tout en regrettant les guerres à répétition au Congo, où sa région d’origine paye le plus lourd tribut depuis des décennies, le chef de l’entité islamique du Sud-Kivu en a appelé aux autorités pour assurer la sécurité des habitants exposés aux groupes armés.

« L’Afrique est frappée par une insécurité grandissante, il faut, si on est responsable, si on est un homme d’Etat, œuvrer pour la sécurité de la population. Or, les populations ne sont pas sécurisées. Chez nous, en RDC, avec les guerres à répétition, la formation des milices, il y a aujourd’hui une carence des produits agricoles, a-t-il ainsi déploré. Parce que les mamans qui allaient aux champs pouvaient y croiser des hommes armés, se faire violer, se faire extorquer leurs produits, et même leurs élevages. Donc la population vit dans l’insécurité, et à cela s’ajoute la famine. C’est ainsi que si on se dit responsable de ces populations, si on se dit homme d’Etat… on doit agir pour la sécurité de ces gens, et c’est en cela que je pense que cette réunion de Sharm El Shaykh est une opportunité. Nos dirigeants doivent prendre leurs responsabilités et conjuguer leurs efforts pour surmonter cette situation ».

Frontalier de nombreux pays des Grands Lacs, dont certains sont actuellement en pleine agitation, Shaykh Assumani Kasongo a exprimé sa crainte quant à l’idée de voir la crise burundaise déstabiliser davantage l’Est de la République Démocratique du Congo.

« Chez nous en RDC, avec le Rwanda et le Burundi, nous avons la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs. Cette organisation, qui est à la base économique, doit maintenant se porter sur les questions sécuritaires. Car quand vous regardez bien, lorsque la RDC était en guerre, tous ces pays, qui semblaient alors en paix, étaient en réalité eux aussi déstabilisés, a expliqué l’imam. Aujourd’hui, la situation au Burundi peut également avoir des effets négatifs chez nous en République Démocratique du Congo, c’est pourquoi je pense que ces organisations régionales ont un rôle à jouer pour trouver des solutions à ces problèmes. »

Au Caire, le Shaykh Assumani Kasongo occupe le poste de conseiller de l’ASSRDCongo, l’association des ressortissants congolais résidant en Egypte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *