AR Kinshasa

Les conférences et débats qui animent habituellement les week-ends des mosquées de Kinshasa ont été éclipsés par le ralliement d’une coalition de l’opposition à la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle.

Rassemblés à Kinshasa dans la journée d’hier, de nombreux militants de l’opposition fêtaient la décision du mouvement de l’Alternance pour la République de faire de Moïse Katumbi son candidat à la présidentielle, tout comme l’avait fait le G7 avant lui. « Nous avons décidé (…) de présenter pour le scrutin (…), la candidature de Moïse Katumbi comme candidat commun à l’élection présidentielle, a ainsi déclaré à la Fikin Delly Sessanga, à la tête de cette coalition regroupant une quinzaine de micro-partis d’opposition. La désignation du gouverneur Moïse Katumbi comme candidat commun de l’opposition à l’élection présidentielle est une étape décisive (…) pour garantir l’alternance démocratique ».

Alors que le rassemblement a été dispersé par les forces de l’ordre, la situation sécuritaire a tout de même été maintenue sous contrôle par les autorités, ne laissant craindre aucun débordement majeur. C’est donc dans ce climat que nos habituelles conférences dominicales dans les mosquées kinoises se sont déroulées, quand celles-ci n’ont pas été annulées.

Depuis le début de la crise politique, les responsables religieux s’exprimant sur la situation politique de la République Démocratique du Congo insistent sur l’importance de préserver la cohésion nationale sans mettre en péril l’unité entre les congolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *