Ali Kinshasa Mobutu

La légende de la boxe, Muhammad Ali, est décédée ce vendredi 3 juin à Phoenix (Arizona) à l’âge de 74 ans, après plus de 30 ans de combat contre la maladie de Parkinson.

Converti à l’islam et proche de Malcolm X, Muhammed Ali s’est distingué tout au long de sa vie par sa défense farouche des droits civiques des Noirs aux Etats-Unis, mais aussi par ses prises de positions panafricaines qui le mèneront aux côtés de Kwame Nkrumah, ou encore Nelson Mandela. Fervent musulman, il refusera notamment de voir son étoile, qui a finalement été installée à la verticale, posée sur le Walk Of Fame à Hollywood, de peur de voir des gens piétiner le nom du Prophète Muhammed.

Au Congo, c’est le souvenir du « combat du siècle » organisé par Mobutu à Kinshasa en 1974 qui restera dans les esprits. Adulé par tout un peuple, Muhammad Ali, encouragé sous les désormais célèbres « Ali buma yé » venait à bout de George Foremann et remportait la couronne mondiale au terme d’un combat épique, qui contribuera à forger un peu plus sa légende. Pour le Zaïre, alors peu connu à l’échelle mondiale, ce combat de boxe constituera un coup de pub exceptionnel pour le pays, qui ne saura malheureusement pas en tirer les bénéfices par la suite. Aujourd’hui, le Stade Tata-Raphaël, où s’est déroulé le combat, n’est pas mieux loti que les autres enceintes sportives du pays, et aucun événement officiel n’a été organisé pour les 40 ans du « Rumble in the jungle ».

Sur les réseaux sociaux, des anonymes, des médias, sportifs et de nombreuses personnalités ont, tout au long de la journée d’hier, adressé des hommages au boxeur ainsi que leurs condoléances à sa famille.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *