Tshisekedi arrive

Face à des dizaines de milliers de personnes, certains iront jusqu’à parler de plus d’1 million, l’opposant historique Etienne Tshisekedi a tenu un meeting à Kinshasa, exigeant le respect des délai constitutionnels et le départ du président Joseph Kabila avant la fin de l’année.

De retour au Congo depuis le début de la semaine, le président de l’UDPS a tenu du haut de ses 83 ans un meeting durant lequel il a multiplié les mises en garde à l’égard du pouvoir, soupçonné de chercher à se maintenir au-delà des délais constitutionnels : « Le 19 septembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir. Le corps électoral doit être convoqué pour l’élection présidentielle. Au cas contraire, la haute trahison sera attestée dans le chef de M. Kabila qui endosse la responsabilité du malheur des Congolais. »

Etienne Tshisekedi a également exigé l’abandon des poursuites contre Moïse Katumbi, condamné à 3 ans de prison dans une affaire de spoliation de biens au sujet de laquelle la juge a récemment déclaré avoir subi des pressions de pouvoir pour rendre l’opposant inéligible. Le président de l’UDPS aura également eu une pensée pour les victimes des massacres de Beni et de l’instabilité à l’Est de la RDC, en faveur desquelles il a demandé le respect d’une minute de silence.

À noter que meeting d’Etienne Tshisekedi s’est tenu en présence de milliers de militants des différents partis d’opposition, réunis autour de la même cause : l’organisation de l’élection présidentielle, le respect de la Constitution et le départ de Joseph Kabila.

Alors que la journée s’est déroulée sans le moindre incident, certaines organisations de protection des Droits de l’Homme ont félicité les différentes parties, dont les forces de police de Kinshasa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *